Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2003-11-07
Actualité médicale

Tags: Transfection -  ADN -  cellules -  mononucleaires -  tissu -  squelettique - 
Transfection d'ADN de cellules mononucléaires du tissu squelettique - Actualité médicale
Transfection d'ADN de cellules mononucléaires du tissu squelettique

Des chercheurs du Département de Physiologie de l'Université d'Oslo ont montré que les cellules mononucléaires du muscle squelettique transfectées après l'injection intramusculaire d'ADN sont capables de transférer les antigènes codés à des cellules APCs (Antigen-presenting cells - cellules présentant des antigènes) impliquées dans l'induction du phénomène de défense immunitaire.

Publicité

Des chercheurs du Département de Physiologie de l'Université d'Oslo ont montré que les cellules mononucléaires du muscle squelettique transfectées après l'injection intramusculaire d'ADN sont capables de transférer les antigènes codés à des cellules APCs (Antigen-presenting cells - cellules présentant des antigènes) impliquées dans l'induction du phénomène de défense immunitaire.
Des gènes codant des antigènes (ou immunogènes) peuvent être injectés in vivo dans le muscle squelettique afin d'obtenir l'induction de réponses immunitaires cellulaires et humorales (technique de vaccination ou de transfection par ADN). Il est connu que certaines cellules dérivées de la moëlle épinière, dites APCs, jouent un rôle prépondérant dans le déclenchement de la défense immunitaire : ces cellules peuvent présenter, par MHC (complexe d'histocompabilité majeur), les antigènes injectés à des cellules tueuses T.
Les chercheurs de l'Université d'Oslo ont voulu savoir si les APCs pouvaient être transfectées par l'injection d'ADN dans le muscle squelettique. Ils ont pour cela injecté, dans le tissu musculaire de rats et de souris, de l'ADN codant une protéine de fluorescence verte, puis, ont réalisé une électroporation, technique d'injection d'ADN qui consiste à créer un champ électrique de forte intensité pour rendre la membrane cellulaire temporairement perméable et permettre ainsi à l'ADN de pénétrer dans la cellule. Ces scientifiques ont ensuite analysé, par fluorescence microscopique, l'ensemble des cellules mononucléaires du tissu musculaire comportant la protéine de fluorescence verte, c'est-à-dire l'ensemble des cellules transfectées. Un traitement de ces mêmes cellules avec des marqueurs immunocytochimiques spécifiques a permis de déterminer la présence de leucocytes (cellules présentes dans le sang, la lymphe et dans certains tissus, et impliquées dans la défense immunitaire).
Cette étude montre que la plupart des cellules mononucléaires présentes dans le muscle squelettique sont transfectées après l'injection intramusculaire d'ADN. Curieusement, aucun leucocyte n'a été détecté parmi les cellules monocellulaires transfectées. Néanmoins, il a été trouvé ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2003-11-07 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: Transfection ADN cellules mononucleaires tissu squelettique


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...