Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-02-05
Actualité médicale

Tags: Grands -  brules -  technique -  culture -  peau - 
Grands brûlés : une nouvelle technique de culture de peau - Actualité médicale
Grands brûlés : une nouvelle technique de culture de peau

Le traitement des brûlés fait appel, dans la plupart des cas, à des greffes de peau à partir de zones intactes du corps du patient. Ce traitement n'est réalisable que si la surface corporelle brûlée n'excède pas 60% environ.

Publicité

Le traitement des brûlés fait appel, dans la plupart des cas, à des greffes de peau à partir de zones intactes du corps du patient. Ce traitement n'est réalisable que si la surface corporelle brûlée n'excède pas 60% environ. Au delà, la culture de peau est nécessaire. Les techniques de culture sont désormais bien maîtrisées mais la prise de greffe d'épiderme de culture pose encore des problèmes. Une équipe du CIEMAT spécialisée dans la culture de tissus travaille depuis 3 ans sur une nouvelle technique. Cette méthode permet, à partir d'une biopsie de très petite taille, de reconstituer jusqu'à 10.000 fois la superficie de peau prélevée et résout les dangers de rejet de la greffe.
Une biopsie de peau de 2 cm2 environ est effectuée. Cet échantillon est suffisant pour en extraire deux types de cellules : les kératinocytes (cellules qui avec les mélanocytes, les cellules de Langerhans et les cellules de Merkel, constituent l'épiderme) et les fibroblastes (cellules du derme). En général, le plasma sanguin du patient sert de matrice à la croissance de la peau in vitro. Cette partie du sang, dépourvue de globules rouges, de leucocytes et de plaquettes se convertit en l'environnement de croissance des fibroblastes jusqu'à obtention de fibrine. La culture de fibroblastes aboutit, après contraction du réseau de fibres, à la formation d'un "derme équivalent". Ce derme reconstitué peut alors être recouvert d'une culture de kératinocytes. La couche cornée de l'épiderme rétablit alors la barrière cutanée contre les infections.
La nouveauté de cette technique réside dans le fait que toutes les substances utilisées proviennent du patient. Un détail non négligeable car dans le cas de l'autogreffe le risque de rejet est alors très limité.
Le travail du CIEMAT sera publié dans le prochain numéro de la revue "Transplantation". Se sont associés ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2004-02-05 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: Grands brules technique culture peau


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...