Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-03-04
Actualité médicale

Tags: theorie -  jeux -  agression -  microscopique -  forte -  long -  terme - 
Selon la théorie des jeux, une agression microscopique trop forte n'est pas efficace à long terme - Actualité médicale
Selon la théorie des jeux, une agression microscopique trop forte n'est pas efficace à long terme

La théorie des jeux est un développement de la théorie des jeux de hasard, dont elle tire son nom : on appelle jeu une situation dans laquelle plusieurs individus doivent prendre des décisions dont le résultat les concerne tous, mais où ce résultat ne dépend pas de la décision d'un seul joueur et ne dépend pas non plus uniquement du hasard, bien que celui-ci puisse intervenir.

Publicité

La théorie des jeux est un développement de la théorie des jeux de hasard, dont elle tire son nom : on appelle jeu une situation dans laquelle plusieurs individus doivent prendre des décisions dont le résultat les concerne tous, mais où ce résultat ne dépend pas de la décision d'un seul joueur et ne dépend pas non plus uniquement du hasard, bien que celui-ci puisse intervenir.
Jusqu'à présent cette théorie s'est essentiellement appliquée au monde économique et militaire. Mais les deux chercheurs autrichiens Martin Nowak et Karl Sigmund, respectivement de l'université d'Harvard et de l'institut de mathématiques de l'université de Vienne ont élargi le champ d'application de cette théorie et expliquent dans un article paru dernièrement dans le magazine scientifique "Science", l'application de cette théorie dans le domaine de la biologie.
Ainsi, ils ont montré que trop d'agressions dans le monde microscopique n'apporte guère de résultats à long terme. Pour illustrer cette théorie, les chercheurs citent l'exemple suivant : soit une souche de bactéries équipée d'un poison qui tue d'autres souches dites concurrentes. Pour résister à leur propre poison, les bactéries de la souche initiale doivent en même temps produire un contre-poison. Ainsi équipée, cette souche pourrait au début rapidement s'étendre et éradiquer tous les concurrents. Mais au bout d'un certain temps, des mutants finiraient par apparaître. Ces mutants ne se donneraient pas la peine de produire du poison, ce qui représenterait de la perte d'énergie étant donné que toute la concurrence a été éradiquée, mais ils produiraient juste le contrepoison. Ces mutants finiraient par devenir majoritaires, et les bactéries producteurs de poison disparaîtraient, ce qui rendrait la production de contrepoison inutile. Au final, il ne resterait plus que des bactéries sans poison et sans contre-poison. Ce jeu n'est pas seulement démontrable par simulation informatique, mais il ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2004-03-04 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: theorie jeux agression microscopique forte long terme


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...