Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-03-30
Actualité médicale

Tags: souris -  hommes - 
Des souris et des hommes - Actualité médicale
Des souris et des hommes

Les souris et les hommes ont à peu près le même nombre de gènes, environ 26.000. Bien que les fonctions cognitives, de communication, d'apprentissage -et bien d'autres- de l'homme soient beaucoup plus évoluées, 99% de ces gènes sont quasiment identiques chez les deux espèces.

Publicité

Les souris et les hommes ont à peu près le même nombre de gènes, environ 26.000. Bien que les fonctions cognitives, de communication, d'apprentissage -et bien d'autres- de l'homme soient beaucoup plus évoluées, 99% de ces gènes sont quasiment identiques chez les deux espèces. Dans cette situation, on peut se demander comment le génome humain avec à peine plus d'information génétique que celui d'une souris, peut produire et réguler les 100.000 protéines qui forment l'organisme biochimique extrêmement complexe de l'homme. Un groupe de chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université de Tel-Aviv, dirigé par le Dr. Gil AST, a répondu à cette question et vient de montrer comment des gènes existants peuvent créer de nouvelles protéines sur la base d'anciennes.
En effet, les chercheurs se sont penchés sur un ensemble de séquences, appelées séquences Alu, que l'on ne rencontre que chez le singe et l'homme. Ces séquences composent 11% du génome humain mais ne codent aucune protéine. En fait, elles ne codent même aucune information génétique utile. Les chercheurs de l'Université de Tel-Aviv ont démontré que ces séquences peuvent augmenter ou modifier les capacités d'un gène à générer une protéine. En effet, une séquence Alu peut subir une mutation et devenir une séquence d'information génétique utile qui se "case dans un gène". La nouvelle information génétique permet au gène de produire une nouvelle protéine mais, cette nouvelle fonction n'interfère pas avec la fonction originale du gène. Ainsi, selon le Dr. AST, les séquences Alu enrichissent le stock d'informations génétiques utiles capables de produire des protéines, mais n'abîment pas les informations initiales. De plus, ce mécanisme peut expliquer certaines maladies. Lorsque une séquence Alu qui a muté est "mal casée dans le gène", cela peut avoir pour conséquence une maladie génétique ou un cancer. L'équipe du Dr. ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2004-03-30 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: souris hommes


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...