Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-05-11
Actualité médicale

Tags: bacteries -  cancer - 
Des bactéries pour lutter contre le cancer - Actualité médicale
Des bactéries pour lutter contre le cancer

Une équipe de chercheurs de l'association caritative Cancer Research UK (CRUK), menée par le docteur Georges Vassaux, de l'unité d'oncologie moléculaire de l'école de médecine et dentisterie de Barts and the London (Queen Mary, Université de Londres), a développé une technique entièrement nouvelle pour lutter contre le cancer.

Publicité

Une équipe de chercheurs de l'association caritative Cancer Research UK (CRUK), menée par le docteur Georges Vassaux, de l'unité d'oncologie moléculaire de l'école de médecine et dentisterie de Barts and the London (Queen Mary, Université de Londres), a développé une technique entièrement nouvelle pour lutter contre le cancer. En raison de la difficulté qu'a tout type de molécule thérapeutique à pénétrer à l'intérieur de cellules cancéreuses, le docteur Vassaux a imaginé une technique qui utilise des organismes vivants pour contourner cette difficulté.
La première étape consiste à modifier génétiquement la bactérie E. Coli (présente dans l'intestin, quelques lignées sont responsables des intoxications alimentaires mais la majorité sont inoffensives pour la santé humaine), de façon à la rendre incapable de se diviser ou d'avoir un comportement nuisible. Un premier gène "étranger" (invasine) est ensuite ajouté dans le génome de la bactérie, lui conférant la capacité de traverser la membrane des cellules humaines. Une fois entrée dans la cellule cancéreuse, E. Coli peut délivrer sa molécule thérapeutique, grâce à un deuxième gène "étranger" (listériolysine O), préalablement additionné à son génome. Dans l'expérience imaginée par ces chercheurs, la molécule thérapeutique anticancéreuse 6-MPDR est activée au sein de la cellule cancéreuse par une enzyme (purine nucléoside phosphorylase), elle-même délivrée par E. Coli. Des résultats obtenus chez la souris ont montré que le développement des tumeurs était fortement ralenti et que les plus grosses cellules cancéreuses étaient détruites.
Selon le docteur Vassaux, un deuxième avantage à l'introduction de bactéries dans l'organisme serait le renforcement du système immunitaire, et donc une lutte plus efficace contre la maladie.

Cette information est un extrait du BE Royaume-Uni numéro 45 du 11/05/2004 rédigé par l'Ambassade de France au Royaume-Uni. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Article écrit le 2004-05-11 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: bacteries cancer


Publicité

En savoir plus