Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-06-21
Actualité médicale

Tags: point -  insomnie -  Quebec - 
Un point sur l'insomnie au Québec - Actualité médicale
Un point sur l'insomnie au Québec

L'insomnie frapperait 9,4% de la population adulte du Québec, selon une étude rendue publique par une équipe de l'Ecole de psychologie de l'Université Laval (Québec), dans le cadre du 2e Congrès de la Société canadienne du sommeil, qui a eu lieu à la mi-mai à Québec.

Publicité

L'insomnie frapperait 9,4% de la population adulte du Québec, selon une étude rendue publique par une équipe de l'Ecole de psychologie de l'Université Laval (Québec), dans le cadre du 2e Congrès de la Société canadienne du sommeil, qui a eu lieu à la mi-mai à Québec.
Mélanie LeBlanc, Charles Morin et Meagan Daley viennent ainsi mettre un chiffre sur ce trouble du sommeil dont on estimait la prévalence dans la fourchette de 9% à 15%. Les chercheurs sont arrivés à une estimation plus précise en réalisant un sondage téléphonique, à l'automne 2002, auprès de 2000 Québécois âgés de 18 ans ou plus. Le sondage révèle également que 30% des répondants manifestent au moins un symptôme d'insomnie trois nuits ou plus par semaine. Même si 25% des répondants se déclarent insatisfaits de la qualité de leur sommeil, à peine 13% ont déjà consulté un professionnel de la santé à ce sujet. Parmi les méthodes les plus répandues pour trouver le sommeil, mentionnons la lecture (34%), la musique (25%), la relaxation (21%), les produits naturels (16%), les somnifères (11%), l'alcool et les médicaments en vente libre (4% des répondants).
Les trois chercheurs ont également entrepris de quantifier les coûts sociaux de l'insomnie au Québec. Ils ont utilisé les réponses fournies à une série de questionnaires remplis par 1362 répondants. Les résultats préliminaires présentés au congrès à partir d'un échantillon de 100 insomniaques et de 100 bons dormeurs montrent qu'au cours des trois mois précédant l'enquête, 84% des insomniaques avaient consulté un médecin contre 44% du côté des bons dormeurs. Les chercheurs ont également rapporté que les insomniaques présentaient des taux plus élevés que les bons dormeurs aux chapitres de la consommation de médicaments prescrits (63% contre 40%), de l'absentéisme au travail (29% contre 14%), de la baisse de productivité ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2004-06-21 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: point insomnie Quebec


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...