Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-09-02
Actualité médicale

Tags: etudes -  surface -  etoiles -  remises -  question - 
Les études de la surface des étoiles remises en question - Actualité médicale
Les études de la surface des étoiles remises en question

Une coopération austro-canadienne a observé grâce au satellite canadien MOST l'étoile Procyon, à proximité de la constellation d'Orion. Alors qu'ils s'attendaient à observer des variations de l'intensité lumineuse dues aux vibrations des gaz de surface et malgré sept mesures indépendantes, les chercheurs n'ont pas détecté la moindre oscillation d'intensité de lumière sur cette étoile.

Publicité

Une coopération austro-canadienne a observé grâce au satellite canadien MOST l'étoile Procyon, à proximité de la constellation d'Orion. Alors qu'ils s'attendaient à observer des variations de l'intensité lumineuse dues aux vibrations des gaz de surface et malgré sept mesures indépendantes, les chercheurs n'ont pas détecté la moindre oscillation d'intensité de lumière sur cette étoile. Après vérification, les scientifiques sont sûrs que la précision des appareils d'observation de MOST n'est pas mise en cause. Leurs mesures ont été publiées dans la revue Nature du 01 juillet 2004.
Werner Weiss de l'Institut d'astronomie de l'Université de Vienne attendait, selon des calculs théoriques, des variations d'intensité lumineuse de 0,002%, ce qu'aurait dû détecter MOST qui peut mesurer des variations de lumière de 0,0003%. Ces mesures d'intensité lumineuse sont semblables par leur utilisation aux mesures faites en séismologie. Les mesures de surface donnent des informations sur le coeur de l'étoile.
Ainsi, selon Weiss, deux explications sont possible : soit d'autres mouvements de gaz en surface de l'étoile provoquent un signal parasite qui empêche d'observer les mouvements de gaz prévus, et dans ce cas les données qu'ils ont mesurées sont de grande valeur pour des mesures futures ; soit il faut reconsidérer les liens qui existent entre la surface et le coeur des étoiles et reprendre les modèles de calcul utilisés jusqu'alors.

Cette information est un extrait du BE Autriche numéro 48 du 2/09/2004 rédigé par l'Ambassade de France en Autriche. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Article écrit le 2004-09-02 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: etudes surface etoiles remises question


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...