Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-11-08
Actualité médicale

Tags: Traitement -  cancer -  prostate -  test -  diagnostiqu - 
Traitement du cancer de la prostate : nouveau test diagnostiqu - Actualité médicale
Traitement du cancer de la prostate : nouveau test diagnostiqu

Une équipe multicentrique dirigée par le Centre de recherche en cancérologie (université Laval à Québec) avance qu'un test mis au point par DiagnoCure, une entreprise biotechnologique de la région de Québec, pourrait combler les lacunes du test le plus utilisé actuellement pour diagnostiquer le cancer de la prostate, et peut-être même le remplacer un jour.

Publicité

Une équipe multicentrique dirigée par le Centre de recherche en cancérologie (université Laval à Québec) avance qu'un test mis au point par DiagnoCure, une entreprise biotechnologique de la région de Québec, pourrait combler les lacunes du test le plus utilisé actuellement pour diagnostiquer le cancer de la prostate, et peut-être même le remplacer un jour.
D'après une étude menée auprès de 517 hommes, ce nouveau test, appelé uPM3, permet de diagnostiquer le cancer de la prostate avec beaucoup plus de spécificité que le test du PSA sanguin (Prostate Specific Antigen), utilisé aujourd'hui en clinique : ce nouveau test permet de conclure correctement à la présence ou à l'absence du cancer de la prostate dans 81% des cas, alors que la performance du test du PSA sanguin s'établit à 45%.
Le test uPM3 détecte la présence d'un gène associé au cancer de la prostate, le PCA3, dans un échantillon d'urine obtenu après palpation de la prostate par un médecin. Cette procédure libère des cellules de la prostate qui se retrouvent ainsi dans l'échantillon d'urine servant aux analyses. Le gène PCA3 est surexprimé dans 95% des cas de cancer de la prostate, ce qui explique pourquoi il est plus spécifique que le test du PSA sanguin.
Comme l'uPM3 offre une meilleure performance, il réduit le nombre de biopsies pratiquées inutilement sur des hommes que l'on croit faussement atteints du cancer. Cette plus grande spécificité se traduirait par des économies substantielles pour le système de santé, mais aussi par des d'heures d'angoisse en moins pour les hommes qui subissent un test de dépistage du cancer de la prostate.

Cette information est un extrait du BE Canada numéro 263 du 8/11/2004 rédigé par l'Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2004-11-08 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: Traitement cancer prostate test diagnostiqu


Publicité

En savoir plus