Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-04-04
Actualité médicale

Tags: Chimiotherapie -  traitements - 
Chimiothérapie : vers des traitements plus efficaces - Actualité médicale
Chimiothérapie : vers des traitements plus efficaces

Deux professeurs du Département de chimie de l'Université du Québec à Montréal ont fait une découverte prometteuse qui pourrait empêcher les cellules cancéreuses de développer une résistance à la chimiothérapie.

Publicité

Deux professeurs du Département de chimie de l'Université du Québec à Montréal ont fait une découverte prometteuse qui pourrait empêcher les cellules cancéreuses de développer une résistance à la chimiothérapie.

Ils ont découvert que le brévifoliol bloquait l'action d'une protéine impliquée dans la résistance des cellules au traitement chimiothérapeutique : la glycoprotéine P, surnommée PGP (P-glycoprotein).

Cette protéine agit comme une "pompe" se fixant à la paroi cellulaire et aspirant les molécules toxiques qui se trouvent à l'intérieur de la cellule vers l'extérieur. Cette protéine se retrouve chez les personnes en bonne santé et son action est essentielle au maintien de l'intégrité des cellules. Mais les cellules cancéreuses tirent profit de ce mécanisme naturel : lorsqu'elles sont attaquées par les agents chimiothérapeutiques, elles multiplient les copies de la PGP et après un certain temps, la protéine est tellement abondante que les médicaments n'arrivent plus au centre des cellules et sont aspirés vers l'extérieur avant d'avoir agi.

En bloquant le mécanisme de la pompe, le brévifoliol pourrait améliorer l'efficacité des médicaments, permettant de réduire les doses et les effets secondaires. Il pourrait aussi favoriser une élimination plus complète des cellules, diminuant les risques de rechute.

L'utilisation du brévifoliol ne requerrait probablement aucune révision des protocoles thérapeutiques actuellement utilisés. La nouvelle molécule pourrait être simplement ajoutée au cocktail de médicaments qui sont actuellement administrés.

A ce jour, les molécules n'ont été testées que sur des cultures de cellules. Si les résultats préliminaires continuent d'être aussi encourageants, des tests pourront être entrepris chez les animaux.


Cette information est un extrait du BE Canada numéro 273 du 4/04/2005 rédigé par l'Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Article écrit le 2005-04-04 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: Chimiotherapie traitements


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...