Publicité
Accueil > Actualité médicale > Hématologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-05-31
Actualité médicale

Tags: equipe -  israelo-suedoise -  identifie -  gene -  etablissant -  diabete -  obesite - 
Une équipe israélo-suédoise identifie un gène établissant le lien entre diabète et obésité - Actualité médicale
Une équipe israélo-suédoise identifie un gène établissant le lien entre diabète et obésité

Le diabète de type 2 est dit non insulino-dépendant. Il résulte de l'association de deux anomalies interdépendantes : premièrement une insulino-résistance, c'est-à-dire une sensibilité moindre à l'insuline, l'hormone qui permet aux sucres d'entrer dans les autres cellules.

Publicité

Le diabète de type 2 est dit non insulino-dépendant. Il résulte de l'association de deux anomalies interdépendantes : premièrement une insulino-résistance, c'est-à-dire une sensibilité moindre à l'insuline, l'hormone qui permet aux sucres d'entrer dans les autres cellules. Deuxièmement, une maladie intensifiant la production d'insuline par les cellules bêta du pancréas. Avec le temps, les cellules bêta s'épuisent et le taux de sucre augmente dans le sang.

Une équipe de l'Institut Weizmann et une équipe suédoise de l'Université de Umea ont étudié le mécanisme par lequel les acides gras contribuent au déclenchement du diabète de type 2. Ils ont pour cela analysé le rôle de GPR40, un récepteur situé à la surface des cellules bêta. Les modèles utilisés sont deux types de souris pour lesquelles l'activité de GPR40 a été modifiée.

Dans un premier groupe, les scientifiques ont produit des souris "knock-out" pour le gène GPR40 pour empêcher la production du récepteur. Même avec une alimentation très riche en acides gras, les souris n'ont montré aucun signe dû à la suppression du récepteur.

Les souris du deuxième groupe possédaient les gènes GPR40 hyperactifs, et donc un excès de récepteur GPR40 à la surface des cellules bêta. Les résultats sont surprenants puisque la progression de la maladie est rapide incluant une insuffisance des cellules bêta à produire des taux normaux d'insuline. Or, des souris soumises à un régime alimentaire très riche en graisse et pour lesquelles l'activité du gène GPR40 n'a pas été modifiée montrent des symptômes caractéristiques du premier stade du diabète de type 2.

Selon le Pr Michael WALKER de l'Institut Weizmann, ces études montrent qu'une activité excessive de GPR40 peut entraîner chacun des deux stades de la maladie.

De plus, ces résultats établissent GPR40 comme un lien important entre l'obésité et le diabète. L'utilisation de médicaments ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2005-05-31 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: equipe israelo-suedoise identifie gene etablissant diabete obesite


Publicité

En savoir plus