Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-06-13
Actualité médicale

Tags: chercheurs -  canadiens -  contribuent -  etude -  europeenne -  inactivite -  physique - 
Deux chercheurs canadiens contribuent à une étude européenne sur l'inactivité physique - Actualité médicale
Deux chercheurs canadiens contribuent à une étude européenne sur l'inactivité physique

Dans le cadre de la plus longue expérience sur l'alitement réalisée auprès de femmes en Europe, douze femmes sont restées couchées pendant 60 jours dans des lits de la clinique spatiale du MEDES (Institut de médecine et de physiologie spatiales, Toulouse).

Publicité

Dans le cadre de la plus longue expérience sur l'alitement réalisée auprès de femmes en Europe, douze femmes sont restées couchées pendant 60 jours dans des lits de la clinique spatiale du MEDES (Institut de médecine et de physiologie spatiales, Toulouse). Deux professeurs canadiens, du département de médecine de l'Université d'Ottawa, et du département de kinésiologie de l'Université de Waterloo, prennent part à l'expérience de concert avec des collègues américains et européens.

L'un étudie diverses réactions causées par une longue période d'inactivité : la réduction des niveaux de cellules sanguiformatrices dans la moelle osseuse, l'augmentation du risque de tendinite et l'accumulation de lipides dans les muscles. L'autre cherche principalement à évaluer les changements que subit le système cardiovasculaire, tant au niveau de sa structure que de son fonctionnement, lors d'une période d'inactivité prolongée. Les résultats de ces recherches seront comparés à ce que l'on observe chez les astronautes suite à des périodes en impesanteur.

De mars à juin 2005, les femmes participant à l'étude sont restées allongées avec une inclinaison de 6 degrés, les pieds légèrement surélevés par rapport à la tête. Cette position permet d'induire dans l'organisme des phénomènes similaires à ceux que subissent les astronautes en impesanteur, comme la perte de masse musculaire et de capacité à l'effort, de même que la diminution de la masse osseuse et l'affaiblissement du système cardiovasculaire.

La compréhension des mécanismes physiologiques qui régissent cette adaptation de l'organisme aux conditions d'impesanteur est très utile pour le développement de contre-mesures pour les astronautes. Ces recherches pourraient également trouver des applications sur Terre, par exemple, pour développer un traitement pour les patients après des hospitalisations de longue durée et, plus généralement, pour comprendre les effets de l'inactivité physique sur la santé.


Cette information est un extrait du BE Canada numéro 278 du 13/06/2005 ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2005-06-13 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: chercheurs canadiens contribuent etude europeenne inactivite physique


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...