Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-03-28
Politique de Santé - Santé publique

Tags:
allocation personnalisée d’autonomie à domicile : une analyse des plans d’aide  - Politique de Santé - Santé publique
allocation personnalisée d’autonomie à domicile : une analyse des plans d’aide

L’enquête auprès des bénéficiaires de l’Apa à domicile menée par la Drees en novembre 2002 permet d’appréhender le contenu des plans d’aide. Dans deux tiers des cas, l’équipe médico-sociale chargée d’établir le plan d’aide pour une personne vivant à domicile comprend une assistante sociale, et dans 36 % des cas un médecin.

Publicité

L’enquête auprès des bénéficiaires de l’Apa à domicile menée par la Drees en novembre 2002 permet d’appréhender le contenu des plans d’aide.

Dans deux tiers des cas, l’équipe médico-sociale chargée d’établir le plan d’aide pour une personne vivant à domicile comprend une assistante sociale, et dans 36 % des cas un médecin.

Le montant moyen des plans d’aide varie de 755 € pour les personnes les plus fortement dépendantes à 308 € pour les personnes évaluées en Gir 4. Les montants attribués par les conseils généraux sont supérieurs aux barèmes nationaux pour 20 % des bénéficiaires.

92 % des montants versés servent à financer des heures d’aide à domicile : en moyenne 43 heures d’aides à domicile par semaine avec, logiquement, de fortes variations selon le niveau de dépendance des bénéficiaires, de 73 heures en moyenne pour les personnes évaluées en Gir 1 à 28 heures pour les bénéficiaires en Gir 4. 89 % des bénéficiaires utilisent l’Apa pour rémunérer une aide professionnelle. L’aide d’un proche est plus souvent rémunérée pour les personnes fortement dépendantes.

Au contraire, les personnes classées en Gir 4 vivent plus souvent seules et font plus fréquemment appel à des professionnels, notamment des services prestataires.

Le ménage et la vaisselle sont les tâches pour lesquelles les aides sont les plus fréquentes (91 % des bénéficiaires). D’autres sont toutefois régulièrement mentionnées : courses, toilette, habillage …

Les bénéficiaires qui rémunèrent un proche déclarent un volume d’heures d’aide beaucoup plus important que celui établi dans le plan d’aide (7h30 par jour en moyenne). Les proches interviennent en outre plus tôt dans la journée et plus tard dans la soirée que les aidants professionnels.

Enfin, près d’un quart des bénéficiaires ont pu disposer d’aides techniques dans le cadre du plan d’aide : aménagements du logement, mais ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2004-03-28 par
Source: ISSN 1146-9129 - CPPAP 0506 B 05791 Accéder à la source


Publicité

En savoir plus