Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2003-02-28
Politique de Santé - Santé publique

Tags:
l’estimation du risque iatrogène grave dans les établissements de santé en France – les enseignements d’une étude pilote dans la région Aquitaine  - Politique de Santé - Santé publique
l’estimation du risque iatrogène grave dans les établissements de santé en France – les enseignements d’une étude pilote dans la région Aquitaine

Les données épidémiologiques sur le risque iatrogène, c’est-à-dire sur la fréquence des événements non désirés pour le patient et liés aux soins, proviennent d’études étrangères essentiellement anglo-saxonnes, réalisées à partir de l’examen des dossiers (méthode rétrospective) et présentant, de ce fait, certaines limites.

Publicité

Les données épidémiologiques sur le risque iatrogène, c’est-à-dire sur la fréquence des événements non désirés pour le patient et liés aux soins, proviennent d’études étrangères essentiellement anglo-saxonnes, réalisées à partir de l’examen des dossiers (méthode rétrospective) et présentant, de ce fait, certaines limites.

Afin d’étudier les modalités d’une enquête permettant de disposer à terme d’une mesure globale du risque iatrogène grave pris en charge dans les établissements français, une étude pilote conduite en Aquitaine a comparé trois méthodes d’estimation – rétrospective, transversale (un jour donné) et prospective (suivi durant la durée d’hospitalisation) – auprès d’un échantillon de 778 patients hospitalisés dans sept établissements de santé publics et privés en médecine, chirurgie et gynécologie-obstétrique. Au total, 241 événements iatrogènes graves ont été identifiés par l’ensemble des trois méthodes chez 174 patients. Environ la moitié de ces événements iatrogènes a été jugée inévitable, 40 à 60 % étaient attendus compte tenu de l’évolution de la maladie ou de l’état du malade et 40 % sont survenus avant l’hospitalisation. Le taux d’incidence estimé par la méthode rétrospective est comparable à celui des études étrangères (environ 15 %).

La méthode transversale aboutit plutôt à une sous-estimation du risque, tandis que les deux autres méthodes semblent aussi efficaces l’une que l’autre. Pour l’identification des événements évitables, la méthode prospective semble en outre la plus satisfaisante : plus efficace que la méthode rétrospective, elle est aussi plus reproductible et a la préférence des professionnels en raison de ses vertus pédagogiques et de sensibilisation.

DREES – « Études et Résultats » n° 219 , février 2003

Article écrit le 2003-02-28 par
Source: ISSN 1146-9129 - CPPAP 0506 B 05791 Accéder à la source


Publicité

En savoir plus