Publicité
Accueil > Actualité médicale > Biotechnologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-02-07
Actualité médicale

Tags: tests -  diagnostics -  base -  nanoparticules - 
Nouveaux tests diagnostics à base de nanoparticules - Actualité médicale
Nouveaux tests diagnostics à base de nanoparticules

Dans le cadre du 6ème PCRD, sous la thématique "génomique et biotechnologies pour la santé", le consortium FLUOROMAG, coordonné par le Dr. Donna Arndt-Jovin de l'Institut de Recherche Max Planck de Chimie Biophysique à Göttingen, va développer un nouvel outil de diagnostic applicable pour la cancérologie et la détection de faibles quantités de virus pandémiques.

Publicité

La méthode diagnostique traditionnelle de précision est basée sur plusieurs tests incluant des anticorps ou des sondes ADN, spécifiques de molécules tumorales ou virales, et marqués avec des fluorophores organiques qui requièrent généralement de multiples modes d'excitation et de détection, ce qui peut rendre la mesure lente et laborieuse.

Les avancées dans le domaine des nanotechnologies ont conduit à l'émergence de nouveaux matériaux fluorescents : les nanoparticules semi-conductrices (NPs) appelées "quantum dots", qui, lorsqu'ils sont excités, réémettent de la lumière à une longueur d'onde directement dépendante de leur taille et de leur composition. Cette précision spectrale rend donc l'utilisation de ces marqueurs en mode multiplexe grandement simplifiée. Les scientifiques travaillant dans ce département de biologie moléculaire ont déjà montré que des quantum dots utilisés en mode simplex peuvent être détectés à la surface et dans la cellule.
Le consortium FLUOROMAG, financé à hauteur de 2,5 millions d'euros par l'UE pour 3 ans, se concentrent sur deux axes de travail principaux. Le premier consiste à développer d'autres classes de nanoparticules, toujours plus petites (en-dessous de 10nm) : les "nanodots" de métaux nobles fluorescents et les NPs magnétiques. Les nanodots, par exemple, devraient avoir une toxicité plus faible et une meilleure accessibilité aux cibles moléculaires que les quantum dots, tout en offrant une sensibilité de détection équivalente. Leur reconnaissance spécifique de marqueurs tumoraux (cancer du poumon) et de maladies virales (hépatite C et dengue) sera ainsi testée.

Parallèlement, plusieurs partenaires vont optimiser les performances d'un nouveau type de microscope confocal, connu sous le nom de Programmable Array Microscope (PAM), destiné à la recherche fondamentale ainsi qu'à la communauté médicale.


- Prof. Dr. Donna Arndt-Jovin - Institut de Recherche Max Planck de Chimie Biophysique (MPIbpc), Département Biologie Moléculaire, Am Fassberg 11, D37077 Göttingen, Allemagne - tél : +49 551 201 1393, fax : +49 ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-02-07 par auteur
Source: BE Allemagne numéro 320 (31/01/2007) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/41064.htm Accéder à la source

Mots clés: tests diagnostics base nanoparticules


Publicité

En savoir plus