Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies virales
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-02-16
Actualité médicale

Tags: virus -  meurtrier -  grippe -  espagnole - 
Le virus meurtrier de la grippe espagnole - Actualité médicale
Le virus meurtrier de la grippe espagnole

Des scientifiques canadiens ont réalisé des tests sur des singes, dans le but d'observer et de mieux comprendre les raisons de la virulence du virus de la grippe espagnole.

Publicité

Ce virus, comme plusieurs autres virus, s'était d'abord attaqué aux oiseaux, avant qu'une modification génétique ne lui permette aussi d'infecter les humains. Pour en savoir plus, un groupe de recherche dirigé par Darwyn Kobasa, chercheur à l'Agence de Santé Publique du Canada à Winnipeg, au Manitoba, a recréé, en laboratoire, une version du virus de la grippe espagnole et a ainsi infecté quelques singes. La création de ce virus n'est pas nouvelle car, en 2005, des scientifiques étaient déjà parvenus à le reconstruire, en prélevant des fragments génétiques sur le corps d'une victime retrouvée enterrée dans le permafrost en Alaska.

Il a ainsi été observé que le virus de 1918 se propage plus rapidement et plus agressivement chez les singes que les virus habituels. Alors que la réaction immunitaire à un virus saisonnier s'atténue généralement après quelques jours, dans le cas de ce virus, celle-ci s'emballe : les symptômes apparaissent 24 heures après l'exposition au virus et entraînent la destruction rapide des tissus des poumons, provoquant la mort par noyade, les poumons gorgés de liquide et de sang.

Selon Darwyn Kobasa, le virus n'est pas directement responsable des lésions causées aux poumons, c'est la réponse immunitaire qui entraînerait les symptômes mortels. M. Kobasa et son équipe ont identifié le gène humain impliqué dans cette réponse immunitaire inhabituelle. Il s'agit du gène RIG-1, qui serait rendu inopérant par ce virus, favorisant ainsi l'emballement du système immunitaire.
De plus, les scientifiques ont pu observer que les réactions immunitaires des humains infectés avec le H5N1, virus responsable de la grippe aviaire, étaient similaires à celles des primates infectés par celui de 1918. Or, les scientifiques craignent que des modifications du virus de la grippe aviaire ne lui permettent d'infecter plus facilement les humains. Ainsi, en étudiant les réactions des animaux infectés au virus ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-02-16 par auteur
Source: BE Canada numéro 313 (15/02/2007) - Ambassade de France au Canada / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/41287.htm Accéder à la source

Mots clés: virus meurtrier grippe espagnole


Publicité

En savoir plus