Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-03-01
Actualité médicale

Tags:
Un directeur d’hôpital condamné dans une affaire de légionellose. - Actualité médicale
Un directeur d’hôpital condamné dans une affaire de légionellose.

Le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne) a condamné, hier, à 3 mois de prison avec sursis un ancien directeur de l’hôpital de Meaux.

Publicité

Henri Genty comparaissait à la suite du décès en 2002 de deux patients atteints de légionellose.

Il a été reconnu coupable d’homicide involontaire et blessures involontaires, et d’exploitation non autorisée d’une installation classée pour la protection de l’environnement entre 1999 et 2004.

A lépoque, 22 personnes ayant fréquenté l’hôpital ou ses environs à cette période avaient été contaminées, dont 6 avec certitude.

Le tribunal a également reconnu coupable le centre hospitalier, qui comparaissait en tant que personne morale, et l’a condamné à une amende de 100 000 euros avec sursis.

L’enquête de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales diligentée en 2002 avait révélé que les tours aéro-réfrigérantes du système de climatisation de l’hôpital […] étaient à l’origine de la diffusion de la bactérie. Des négligences dans l’entretien de ces tours étaient reprochées aux prévenus, ainsi que leur utilisation, car ils n’avaient pas l’autorisation de les faire fonctionner.

« C'est une décision sévère qui va peser au-dessus de la tête de tous les établissements de santé », a assuré son avocate, Catherine Tamburini-Bonnefoy. C'est la première fois qu'une sanction pénale frappe une personne physique dans un dossier de légionellose à l'hôpital.


L'enquête de la Ddass: Source BEH N°34/2003

INTRODUCTION

Entre le 5 et le 8 juillet 2002, le centre hospitalier de Meaux signalait 9 cas de légionelloses à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass) de Seine-et-Marne. Le 9 juillet, la Ddass, le Comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) et les services techniques de l’hôpital ainsi que l’InVS ont initié une enquête épidémiologique, environnementale et microbiologique dans le but d’identifier une source commune de contamination, de proposer des mesures de contrôle et ainsi d’enrayer l’épidémie. Au regard des premiers éléments de l’enquête suspectant une contamination par panache (cas nosocomiaux et cas communautaires), les deux tours ...

Page suivante (2 / 5)

Article écrit le 2007-03-01 par auteur
Source: source Accéder à la source


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...