Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-03-04
Actualité médicale

Tags: cellules -  immunitaires -  champignons -  question -  dimension - 
Des cellules immunitaires contre les champignons : tout est question de dimension - Actualité médicale
Des cellules immunitaires contre les champignons : tout est question de dimension

Un groupe de chercheurs de Brunswick vient de montrer que c'est dans leur lieu d'invasion naturel que les pathogènes sont le mieux combattus par le système immunitaire.

Publicité

Les scientifiques du Centre Helmholtz de Recherche en Infectiologie ont choisi deux modèles pour réaliser leur étude sur la réponse immunitaire humaine contre les champignons pathogènes : Aspergillus fumigatus, l'espèce la plus fréquemment incriminée en pathologie humaine et animale (asthme, sinusite aspergillaire...) et Candida albicans, qui provoque des infections essentiellement au niveau des muqueuses digestive et gynécologique.

Tout d'abord, Aspergillus fumigatus, via les voies respiratoires, atteint les poumons où il adhère à la surface des alvéoles. Là, un système immunitaire sain peut le déloger facilement. Le Dr. Gunzer et son équipe ont pu montrer que dans un espace en 2 dimensions, comme à la surface des alvéoles pulmonaires, les phagocytes sont tout à fait "capables" de détruire Aspergillus fumigatus. En ajoutant la dimension de profondeur, comme par exemple entre les couches cellulaires d'un tissu, la tâche leur est beaucoup plus ardue et ils échouent souvent à éliminer le pathogène.

Avec Candida albicans, tout se passe à l'inverse : le champignon, pour être pathogène, doit s'implanter de préférence en profondeur dans les muqueuses. Chez un homme en bonne santé, les cellules immunitaires le reconnaissent et le détruisent rapidement. En revanche les cellules immunitaires ont du mal à éliminer Candida albicans lorsqu'il est en surface. Il semble donc que l'évolution des cellules immunitaires les ait conduites à mieux vaincre les pathogènes, comme Aspergillus fumigatus et Candida albicans, lorsqu'ils sont dans leur lieu d'infection privilégié.

Le désavantage de cette optimisation évolutive est que lorsque qu'un champignon nuisible est localisé dans un tissu ou organe inhabituel, les cellules immunitaires ne peuvent pas le combattre efficacement. Cela explique sans doute pourquoi, par exemple, Aspergillus fumigatus se répand de manière foudroyante lorsqu'il arrive dans le sang et émigre dans les différents tissus.

L'équipe de chercheurs espère que cette découverte pourra aider à développer des traitements plus efficaces ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-03-04 par auteur
Source: BE Allemagne numéro 324 (1/03/2007) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/41511.htm Accéder à la source

Mots clés: cellules immunitaires champignons question dimension


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...