Publicité
Accueil > Actualité médicale > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-03-04
Actualité médicale

Tags: Maladie -  Parkinson -  signaux -  cellulaires -  contradictoires -  mis -  cause - 
Maladie de Parkinson : des signaux cellulaires contradictoires mis en cause - Actualité médicale
Maladie de Parkinson : des signaux cellulaires contradictoires mis en cause

Les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson (ralentissement des mouvements et tremblements) sont causés par la mort progressive des cellules nerveuses dans la Substantia Nigra, région du cerveau la plus importante pour la production de dopamine. Si ces cellules meurent, c'est alors tout le cerveau qui est en manque de cette molécule. Actuellement, c'est grâce à des médicaments dopaminergiques (qui reproduisent l'action de la dopamine) que l'on tente de réduire les symptômes moteurs. Toutefois, il n'existe pour l'instant aucun traitement visant à éviter la mort des cellules cérébrales.

Publicité

Une équipe internationale, autour du Dr. Höglinger, neurologue à l'Université Philipp de Marburg, vient de montrer que la cause de la mort des cellules nerveuses, dans le cas de la maladie de Parkinson, est une "voie fatale" dans laquelle s'engagent les neurones.

"Bien que les cellules nerveuses cérébrales ne puissent pas se multiplier, les neurones malades mettent en marche la machinerie cellulaire nécessaire à leur réplication", explique le Dr. Höglinger. "Dans le tissu cérébral de victimes de cette maladie, nous avons constaté que des molécules d'ADN avaient été répliquées et que différents "interrupteurs" moléculaires, conduisant à la division cellulaire, avaient été activés". Les scientifiques ont également montré, in vitro et sur modèles animaux, que des cellules malades apparemment prêtes à se diviser doivent faire face à un conflit de signalisation : "cellule nerveuse intrinsèquement indivisible" versus "activation de la division cellulaire". La conséquence est la mort de la cellule.

Sur modèle animal, l'équipe du Dr. Höglinger est parvenue, par manipulation génétique, à empêcher l'activation de l'interrupteur moléculaire, qui enclenche normalement la division cellulaire, et par conséquent à éviter la mort des cellules. L'équipe de recherche espère désormais pouvoir développer une molécule neuro-protectrice pour les cellules nerveuses menacées.


- Dr. Günter U. Höglinger - Philipps-Universität Marburg, Zentrum für Nervenheilkunde, Klinik für Neurologie mit Poliklinik, Rudolf-Bultmann-Strasse 8, D35039 Marburg - tél: +49 6421 28 66278 - email : hoegling@med.uni-marburg.de - http://www.exp-neuro.de/
- "The pRb/E2F cell-cycle pathway mediates cell death in Parkinson's disease", PNAS, en ligne le 21 février 2007

Dépêche idw, communiqué de presse de l'Université Philipp de Marburg - 22/02/2007

Anaïs Manin, anais.manin@diplomatie.gouv.fr

Article écrit le 2007-03-04 par auteur
Source: BE Allemagne numéro 324 (1/03/2007) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/41513.htm Accéder à la source

Mots clés: Maladie Parkinson signaux cellulaires contradictoires mis cause


Publicité

En savoir plus