Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-03-22
Actualité médicale

Tags:
Un pas de plus dans la lutte contre le cancer - Actualité médicale
Un pas de plus dans la lutte contre le cancer

Une coopération entre des chercheurs de l'université d'Edmonton en Alberta et de l'institut de recherche Samuel Lunenfeld de Toronto vient de déboucher sur une découverte qui pourrait ouvrir la voie à de nouvelles thérapies plus efficaces contre le cancer.

Publicité

Une coopération entre des chercheurs de l'université d'Edmonton en Alberta et de l'institut de recherche Samuel Lunenfeld de Toronto vient de déboucher sur une découverte qui pourrait ouvrir la voie à de nouvelles thérapies plus efficaces contre le cancer.
Les chercheurs ont en fait découvert et étudié une enzyme, le polynucleotide kinase (PNK), qui joue un rôle clef dans la régénération de l'ADN. L'ADN, ou acide désoxyribonucléique, est une large molécule en forme de double hélice. Présente dans les chromosomes du noyau cellulaire, elle contient toutes les informations génétiques de la cellule. Lorsque la cellule est endommagée, elle génère automatiquement une réponse biochimique qui autorise sa régénération. Lorsque l'atteinte est trop sérieuse la cellule meurt. Dans certains cas les dommages sont importants mais pas mortels, et la cellule peut alors faire l'objet de mutations caractéristiques de celles du cancer.
Le PNK participe de fait activement à la réparation des fibres d'ADN des cellules abîmées. Ainsi lorsqu'il se produit une coupure de l'ADN, le PNK favorise un "polissage" et un renforcement des zones sensibles endommagées, pour permettre ensuite un "resoudage" des fibres entre elles. Sans l'action protectrice du PNK sur les zones fracturées de l'ADN, les cellules sont plus sensibles aux radiations ionisantes ou à certains médicaments qui entraînent leur mort.
Après avoir étudié l'action du PNK dans le processus de régénération des cellules, les chercheurs en ont réalisé la représentation cristallographique en 3 dimensions. En brisant ce mécanisme de régénération automatique utilisé par les cellules cancéreuses, ils espèrent les rendre plus vulnérables à certains traitements, thérapies et médicaments existants contre le cancer. Les cellules mutantes, dépourvues de leur PNK réparateur, se trouveraient alors sans défense et pourraient être facilement éliminées, empêchant le cancer de se développer.

Article écrit le 2005-03-22 par auteur
Source: Site Eurekalert.org, rubrique "Public releases", article "Research may provide ways to inhibit cancer's ability to resist treatments", 03/03/2005, http://www.eurekalert.org/pub_releases/2005-03/uoa-rmp030305.php ; Site News-Medical.Net, rubrique Medical research news, article "Discovery gives cliniciancs new targets for making existing therapies more effective and developing drugs to inhibit the growth of cancers", 03/03/2005, http://www.news-medical.net/?id=8150 Renaud Didelot, TORONTO, att-scientifique@consulfrance-toronto.org Cette information est un extrait du BE Canada numéro 272 du 22/03/2005 rédigé par l'Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus