Publicité
Accueil > Actualité médicale > Hématologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-04-02
Actualité médicale

Tags: connaissances -  domaine -  atherosclerose - 
De nouvelles connaissances dans le domaine de l'athérosclérose  - Actualité médicale
De nouvelles connaissances dans le domaine de l'athérosclérose

Les cellules musculaires lisses (SMC, Smooth muscle cells) jouent un rôle majeur dans le développement de l'athérosclérose et ses complications cliniques. Première cause de mortalité dans le monde occidental, l'athérosclérose se traduit par l'accumulation de cholestérol dans les vaisseaux, à l'origine de la formation des plaques d'athérome. C'est une maladie multifactorielle, mais un dysfonctionnement des apolipoprotéines -des protéines participant au transport des lipides dans le sang- est souvent en cause.

Publicité

Il était admis depuis des dizaines d'années que les cellules musculaires lisses provenaient entièrement d'une population de cellules localisées dans les parois artérielles. Cependant, l'hypothèse d'une origine de ces cellules provenant de cellules précurseurs sanguines issues de la moelle épinière a mis en brèche ce paradigme.

En 2002, l'article de Sata et col., publié dans Nature Medicine, a démontré que la moitié des cellules musculaires lisses dans les plaques d'athérosclérose chez la souris déficiente en apoE (apoE-/-) avaient pour origine des cellules du système hématopoïétique (1) (Les souris apoE-/- représentent un modèle d'étude animal de l'athérosclérose. Ces souris déficientes pour l'apolipo-protéine E, l'ApoE, développent spontanément des plaques d'athérome). Cet article a eu un impact considérable dans la communauté scientifique et a été cité plus de 340 fois en 2006.

L'équipe de Bentzon et col. de l'Université d'Aarhus a échoué à reproduire les résultats de Sato et col. en utilisant les techniques de la microscopie fluorescente (2).
Dans un premier temps, des cellules de souris apoE-/- irradiées (destruction des cellules hématopoïétiques) ont été reconstituées par injection de cellules de la moelle épinière de souris eGFP + apoE-/-, (toutes les cellules sanguines de ces souris possèdent un marqueur fluorescent). Lors de cette reconstitution, et dans l'hypothèse d'une origine moelle épinière des cellules musculaires lisses, les auteurs auraient dû retrouver de la fluorescence dans les plaques d'athérosclérose. Cependant aucune cellule fluorescente d'origine moelle épinière n'a été retrouvée dans les plaques d'athérosclérose.

Ces résultats ont été confirmés par une technique microchirurgicale qui consiste à induire une plaque d'athérosclérose par l'installation d'un anneau de contrainte sur un segment artériel. Les plaques d'athérosclérose induites chez des souris eGFP + apoE-/- et apoE-/- ont été ensuite inter-changées d'une souris à l'autre par microchirurgie (voir illustration). Cette étude a montré que les cellules musculaires lisses dans les plaques d'athérosclérose ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-04-02 par auteur
Source: BE Danemark numéro 15 (30/03/2007) - Ambassade de France au Danemark / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/42045.htm Accéder à la source

Mots clés: connaissances domaine atherosclerose


Publicité

En savoir plus