Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-05-09
Actualité médicale

Tags: Therapie -  genique -  vecteurs -  viraux -  cibler -  cellules -  cancereuses - 
Thérapie génique : de nouveaux vecteurs non viraux pour cibler les cellules cancéreuses - Actualité médicale
Thérapie génique : de nouveaux vecteurs non viraux pour cibler les cellules cancéreuses

Des scientifiques de l'Université Ludwig-Maximilian (LMU) de Munich contribuent aux avancées de la thérapie génique en développant de nouveaux virus artificiels capables de cibler les cellules cancéreuses.

Publicité

Les cancers ou les maladies héréditaires sont très souvent causés par des mutations génétiques qui empêchent les gènes-cibles de remplir leur fonction naturelle. Un des moyens de remédier à ces modifications génétiques est, dans le cadre d'une thérapie génique, de transférer les gènes sains aux cellules affectées par l'intermédiaire de virus artificiels, non infectieux contrairement à leurs homologues naturels. Afin d'optimiser cette technique, les virus modifiés doivent être spécifiquement adressés aux cellules malades.

Pour répondre à cette exigence, des scientifiques munichois ont développé 3 vecteurs non viraux, appelés Polyplexes, composés de la molécule d'ADN à transférer associée à du Polyéther Imide (PEI). La première variante du vecteur, PEI-DNA-Polyplexe, bien que non spécifique de la cellule affectée, pénètre dans la cellule avec une haute efficacité. Pour ce qui est de la deuxième variante, le PEI a été partiellement remplacé par du Polyéthylène Glycol (PEG), donnant à la surface du virus artificiel une charge neutre. Le troisième vecteur comprend une autre molécule, insérée dans son enveloppe : le facteur de croissance épidermique (EGF). Cette protéine EGF joue un rôle important dans la croissance et la différenciation cellulaire et se lie de manière hautement spécifique à son récepteur EGFR, présent sur la membrane cellulaire, et notamment en grand nombre sur les cellules tumorales humaines.

Les Polyplexes étant associés à un marqueur fluorescent, les scientifiques ont pu suivre leur entrée dans la cellule. Ils ont grâce à cela pu découper ce processus en 3 phases distinctes :
- Phase I : déplacement des vecteurs non-viraux sous l'action du cytosquelette d'actine et internalisation du Polyplexe ;
- Phase II : déplacement du virus dans le cytoplasme cellulaire ;
- Phase III : transport actif le long des microtubules.

D'autre part, le fait de rendre le Polyplexe spécifique des cellules présentant des EGFR à leur surface (PEI-PEG-EGF-DNA-Polyplexe) conduit à ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-05-09 par auteur
Source: BE Allemagne numéro 333 (4/05/2007) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/42625.htm Accéder à la source

Mots clés: Therapie genique vecteurs viraux cibler cellules cancereuses


Publicité

En savoir plus

- Dr. Manfred Ogris - Département Pharmacie de la LMU - tél : +49 89 2180 77842, fax : +49 89 2180 77791 - email : manfred.ogris@cup.uni-muenchen.de
- Prof. Dr. Christoph Bräuchle - Département Chimie et Biochimie de la LMU - tél : +49 89 2180 77549 - email : christoph.braeuchle@cup.uni-muenchen.de
- K. de Bruin, N. Ruthardt, K. von Gersdorff, R. Bausinger, E. Wagner, M. Ogris, C. Bräuchle : "Cellular Dynamics of EGF Receptor Targeted Synthetic Viruses", Molecular Therapy, 24/04/2007

Dépêches idw, communiqué de presse de l'Université Ludwig-Maximilian de Munich - 25/04/2007

Anaïs Manin, anais.manin@diplomatie.gouv.fr