Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-06-08
Actualité médicale

Tags: chercheurs -  portugais -  stoppent -  progression -  malaria -  cerebrale - 
Des chercheurs portugais stoppent la progression de la malaria cérébrale - Actualité médicale
Des chercheurs portugais stoppent la progression de la malaria cérébrale

Une étude dirigée par Maria Mota, de l'Institut de Médecine Moléculaire (IMM) de la Faculté de Médecine de l'Université de Lisbonne, et Miguel Soares à l'Institut Gulbenkian de Science (IGC), à laquelle s'est associé József Balla de l'Université de Debrecen en Hongrie, montre que l'inhalation de basses concentrations de monoxyde de carbone (CO) stoppe la progression de la malaria cérébrale, une maladie à l'origine de plus d'un million de décès par an dans le monde.

Publicité

Les résultats positifs, publiés dans la revue Nature Medicine, ouvre de nouvelles voies thérapeutiques pour le traitement de la malaria chez l'homme.

Chez les personnes atteintes de la malaria, le parasite occupe les globules rouges pendant une phase de son cycle de reproduction. Les chercheurs ont mis en évidence que les rats comme les humains possèdent une enzyme nommée hème oxigenase-1 (HO-1) que les rats produisaient pour se protéger. Cette enzyme oxyde l'hème, une molécule des cellules des globules rouges qui contient du fer et qui participe au transport d'oxygène dans les tissus, en produisant des substances comme le monoxyde de carbone.

Les résultats ont montré que le CO avait la capacité de stopper l'oxydation et la libération de l'hème dans le sang, ce qui engendre de gros problèmes dus à l'extrême toxicité de cette molécule.

Une série d'expériences ont montré que les rats qui produisaient la HO-1 en grande quantité survivaient à la maladie alors que les rats génétiquement modifiés, ne possédant pas l'enzyme HO-1, succombaient à la malaria cérébrale. Cependant, lorsque ce dernier groupe était soumis à des inhalations de basse concentration de monoxyde de carbone, le taux de survie était presque de 100%. Ces résultats suggèrent la possibilité d'utiliser le monoxyde de carbone comme thérapie contre la malaria chez l'homme.

Article écrit le 2007-06-08 par auteur
Source: BE Portugal numéro 24 (7/06/2007) - Ambassade de France au Portugal / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43156.htm Accéder à la source

Mots clés: chercheurs portugais stoppent progression malaria cerebrale


Publicité

En savoir plus

Maria Mota, chercheuse - Institut de Médecine Moléculaire (IMM) de la Faculté de Médecine de l'Université de Lisbonne - tél : +351 21 799 9509, Fax +351 21 799 9504 - email : mmota@fm.ul.pt

- "Pesquisa portuguesa trava malária cerebral" - Diário de Notícias - 14/05/07 - page 12
- "Monóxide de carbono trava malária cerebral" - Público - 14/05/07 - page 14
- "Investigadores portugueses revelam avanços no tratamento da malária cerebral" - 13/05/07 - http://www.cienciahoje.pt

Service de Coopération pour la Science et la Technologie - Elodie Jullien - elodie.jullien@diplomatie.gouv.fr




: Sur le même thème...