Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-06-12
Actualité médicale

Tags: Pollution -  hydrocarbures -  residus -  combustion -  origine -  difficultes -  apprentissage - 
Pollution : hydrocarbures et résidus de combustion à l'origine de difficultés d'apprentissage - Actualité médicale
Pollution : hydrocarbures et résidus de combustion à l'origine de difficultés d'apprentissage

Les problèmes de transfert des micropolluants dans le lait des ruminants et chez les jeunes rats via une exposition du placenta représente l'un des trois principaux axes de recherche de l'Unité de Recherche Animal et Fonctionnalités des Produits Animaux (URAFPA), qui regroupe une trentaine d'enseignants chercheurs de Nancy-Université.

Publicité

C'est dans ce cadre que ces chercheurs ont réalisé une expérience consistant à injecter dans le cerveau de souris femelles, ceci pendant dix jours, des doses de benzoapirène, un dérivé de plastique, allant de 0,02 mg/kg/jour, ce qui correspond à la réalité vécue par des habitants proches d'un incinérateur, à 200 mg/kg/jour, la dose létale étant de 250 mg/kg/jour.

Suite à ces injections, ces animaux ont été soumis à différents tests de comportements. Or les chercheurs ont constaté que de faibles doses entraînaient chez ces souris un retard d'apprentissage, notamment sur la mémoire immédiate. En revanche, de fortes doses de micropolluants provoquent une hyperactivité de ces animaux, et donc une désinhibition face à l'anxiété et au stress. Des études plus poussées ont montré que les récepteurs LMDA du cerveau, qui sont des neurorécepteurs servant au développement de cet organe, auraient subi une modification dans les trois régions de l'hippocampe et du cortex. Précisons que des résultats identiques ont été obtenus lors d'une deuxième expérience au cours de laquelle le benzoapirène n'était plus injecté mais absorbé par voie orale.

Menée en collaboration avec une équipe de Toulouse, une troisième expérience avait pour but d'étudier le métabolisme. Ainsi du foin contaminé par l'incinérateur d'Albertville, en Savoie, a été donné à manger à des chèvres, dont on a ensuite recueilli le lait. Durant trois semaines, des rats on été nourris, soit avec du lait contenant des hydrocarbures, soit avec du lait contenant des PCB, c'est-à-dire provenant des chèvres nourries avec le foin d'Albertville. Or des tests d'activité, d'anxiété et d'apprentissage effectués sur ces animaux ont montré que les rats ayant absorbé du lait de chèvre contaminé en hydrocarbures sont moins anxieux mais présente un déficit d'apprentissage tout comme les animaux nourris au lait contaminé au PCB.

L'analyse des urines des rats a permis ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-06-12 par auteur
Source: BE France numéro 193 (6/06/2007) - ADIT / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43110.htm Accéder à la source

Mots clés: Pollution hydrocarbures residus combustion origine difficultes apprentissage


Publicité

En savoir plus

Nancy-Université - Unité de Recherche Animal et Fonctionnalités des Produits Animaux (URAFPA) - Henri Schroeder : tél. +33(0)3 83 68 48 94

ADIT - Jean-François Desessard - email : jfd@adit.fr




: Sur le même thème...