Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-07-12
Actualité médicale

Tags: Dechiffrage -  genome -  bacterie -  Clostridium -  botulinum - 
Déchiffrage du génome de la bactérie Clostridium botulinum - Actualité médicale
Déchiffrage du génome de la bactérie Clostridium botulinum

Une équipe de scientifiques de l'Université de Nottingham a publié la séquence du génome de Clostridium botulinum (C. botulinum), bactérie la plus létale connue à l'heure actuelle : deux petits kilos de cette toxine suffiraient à faire périr l'ensemble de la population de la planète. De façon intéressante cependant, en toutes petites quantités, cette même toxine est utilisée à des fins thérapeutiques, en particulier dans des traitements connus sous le nom de botox.

Publicité

La séquence du génome publié montre qu'il existe de grandes différences entre les individus d'une même espèce. C. botulinum, par exemple, possède un génome d'une grande stabilité et ne possède pas les outils raffinés lui permettant d'échapper aux défenses du corps humain ou de s'adapter pour résister aux antibiotiques, comme c'est la cas de C. difficile dont 10% du génome dérive de recombinaisons obtenues à partir d'autres organismes bactériens. Il existe plusieurs types de C. botulinum, tous variants d'une même espèce mais très différents les uns des autres : seuls 16% des gènes sont communs aux cinq organismes de cette famille et la seule caractéristique les reliant les uns aux autres est la présence de la toxine mortelle. C. Sporogenes, quant à elle, jumelle de l'organisme séquencé, reste bénigne.

La séquence génomique montre également que C. botulinum, contrairement aux autres bactéries de cette même famille, se trouve sous deux formes : inactive en spore dormante ou active, auquel cas elle se nourrit de matériel organisme animal en décomposition dans les sols. En aucun cas elle n'interagit avec l'Homme ou des hôtes animaux de grande taille sur de longues périodes. Occasionnellement elle pénètre l'organisme vivant par l'intermédiaire de nourriture ou de blessures infectées conduisant alors à des cas de botulisme qui sont des infections sérieuses. Si l'hôte décède de cette infection, C. botulinum a alors une nouvelle source de nourriture. La force de C. botulinum est probablement sa capacité à passer d'un état d'attaque à un état de dormance.

Chez C. botulinum, plus de 110 gènes sur un total de 3.700 sont utilisés pour contrôler la formation et la germination des spores dès que l'opportunité se présente. On retrouve également dans le génome de nombreux gènes dont la fonction est de produire des enzymes capables de digérer des protéines et ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2007-07-12 par auteur
Source: BE Royaume-Uni numéro 78 (10/07/2007) - Ambassade de France au Royaume-Uni / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43564.htm Accéder à la source

Mots clés: Dechiffrage genome bacterie Clostridium botulinum


Publicité

En savoir plus

Université de Nottingham, Press releases, 23/06/07, http://www.nottingham.ac.uk

Dr Claire Mouchot




: Sur le même thème...