Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies virales
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-07-19
Actualité médicale

Tags: donnees -  structurales -  virus -  papillome -  humain - 
De nouvelles données structurales pour le virus du papillome humain - Actualité médicale
De nouvelles données structurales pour le virus du papillome humain

Des chercheurs de l'Université Louis Pasteur de Strasbourg ont résolu, pour la première fois, la structure tridimensionnelle d'une oncoprotéine(1) majeure du virus du papillome humain. Ce virus est à l'origine du cancer du col de l'utérus.

Publicité

Le cancer du col de l'utérus est le septième cancer le plus fréquent au monde et le deuxième en termes de mortalité chez la femme. La cause majeure du développement du cancer du col de l'utérus est l'infection avec un virus du papillome humain (HPV) dit à « haut risque(2)». Dans la famille des papillomavirus à haut risque, le type 16 (HPV 16) est le plus dangereux.

Les virus ne sont pas capables de se multiplier par division comme les cellules. Ils ont besoin d'une cellule saine dans laquelle ils vont s'installer et se multiplier. Pour que cette multiplication soit effective le virus du papillome humain fabrique huit protéines. Deux de ces protéines, E6 et E7 sont des oncoprotéines. Elles se chargent d'immortaliser la cellule saine ce qui permet au virus de se multiplier. Elles sont aussi responsables de la prolifération de tumeurs du col de l'utérus.

Des chercheurs de l'Institut Gilbert Laustriat (3) en étroite collaboration avec des chercheurs de l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire(4) ont réussi à résoudre, pour la première fois, la structure tridimensionnelle de la protéine E6 du virus du papillome humain de type 16 (HPV 16). Cette structure n'avait pas été résolue auparavant car E6 est très difficile à produire en laboratoire.

Deux processus ont été nécessaires : d'une part la mise au point des techniques de purification et d'obtention de la protéine E6 et d'autre part l'utilisation de techniques de résonance magnétique nucléaire (RMN)(5). Après avoir traité différents problèmes d'agrégation, de dégradation et de purification, les chercheurs ont réussi à produire la protéine E6. Le défi à ce stade était de conserver le repliement de la protéine afin de préserver sa fonction biologique. Ensuite, les chercheurs ont utilisé la RMN pour identifier les atomes d'hydrogène de la protéine et mesurer ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-07-19 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: donnees structurales virus papillome humain


Publicité

En savoir plus

1 Oncoprotéine : protéine responsable de la prolifération de tumeurs du col de l'utérus. Les protéines
sont les constituants structurels et fonctionnels des tissus et des organes.

2 Souche haut risque : les virus HPV se classifient à haut risque et à bas risque suivant leur capacité à
induire ou ne pas induire le cancer. Les principales souches à haut risque du virus du papillome humain
sont les types 16, 18, 31, 33 et 51.

3 Equipes de Gilles Travé et d'Etienne Weiss. : Ecole supérieure de biotechnologie de Strasbourg
(ESBS). Institut Gilbert Laustriat. UMR 7175 - LC1. Unité mixte de recherche ULP / CNRS.

4 Equipe de Bruno Kieffer : Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC). UMR
7104 / UMR_S 596. Unité mixte de recherche ULP / CNRS / Inserm.

5 Résonance magnétique nucléaire : méthode d'étude des molécules biologiques qui consiste à
mesurer les phénomènes de résonance dans le noyau de certains atomes. Elle est utilisée pour
connaitre la structure d'une protéine.

6 Ces travaux initiés en 1998 ont fait l'objet de deux thèses (Yves Nominé et Sébastien Charbonnier)
primées respectivement par le prix Adrerus 2003 et le prix Jean Kepler 2007.

7 Oncogénique : capacité à entrer dans un processus de dégénérescence maligne.

8 Tumorigène : capacité à induire une tumeur cancéreuse.

Source: Nominé Y., Masson M., Charbonnier S., Zanier K., Ristriani T., Deryckèe F., Sibler A.P.,
Desplancq D., Atkinson R.A., Weiss E., Orfanoudakis G., Kieffer B., Travé G. Structural and functional
analysis of E6 oncoprotein: new insights in the molecular pathways of human papillomavirus-mediated
pathogenesis. Molecular Cell, 2006, 21:665-678.



Contact chercheur :
Dr. Gilles Travé
Tél. 03 90 24 47 20
trave@esbs.u-strasbg.fr


Contact presse recherche:
Isabel Pellon
isabel.pellon@adm-ulp.u-strasbg.fr
Tél. 03 90 24 12 54

web : www-ulp.u-strasbg.fr
Rubrique : Actualités > Espace presse