Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-06-27
Actualité médicale

Tags:
Un virus pour combattre le cancer - Actualité médicale
Un virus pour combattre le cancer

D'ici quelques années, la médecine pourrait se faire des virus un allié précieux pour combattre le cancer. Des résultats récents confirment les propriétés anticancéreuses du petit virus de la stomatite vésiculaire (VSV), capable de cibler et de tuer les cellules d'une tumeur. Chez la souris, ce virus s'est avéré un traitement efficace contre le cancer du colon ainsi que des ovaires.

Publicité

D'ici quelques années, la médecine pourrait se faire des virus un allié précieux pour combattre le cancer. Des résultats récents confirment les propriétés anticancéreuses du petit virus de la stomatite vésiculaire (VSV), capable de cibler et de tuer les cellules d'une tumeur. Chez la souris, ce virus s'est avéré un traitement efficace contre le cancer du colon ainsi que des ovaires.
Un professeur au Département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal s'intéresse au virus de la stomatite vésiculaire (VSV) depuis plusieurs années. Ses recherches, supportées par le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada, analysent les mécanismes de l'infection virale. Parmi ses travaux récents, une collaboration avec un professeur de l'Université d'Ottawa montre que le VSV possède des propriétés qui le rendent apte à tuer sélectivement les cellules cancéreuses.
Il y a longtemps que l'on soupçonne que certains virus pourraient devenir des agents anticancéreux efficaces. Toutefois, il est difficile d'identifier la souche virale idéale pour cet emploi. Celle-ci doit cibler les cellules cancéreuses et non pas provoquer une infection chez les cellules saines et le virus doit aussi cibler les métastases, et au final, être éliminé par l'organisme. Les chercheurs été en mesure d'isoler deux souches du VSV, soit AV1 et AV2, qui correspondent à tous ces critères.
Les cellules cancéreuses souffrent de nombreuses défectuosités cellulaires dont la sécrétion d'interféron, souvent compromise. Pour cette raison, les cellules cancéreuses sont plus sensibles à une infection virale. Les cellules normales sont protégées de l'infection par le VSV. Non seulement elles sécrètent des interférons antiviraux de manière constitutive, mais le contact avec les virus des souches mutantes AV 1 et 2 en entraîne une production accrue qui les protège. Le VSV a aussi l'avantage de se reproduire très rapidement. Il peut ainsi se ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2005-06-27 par auteur
Source: Amélie Daoust-Boisvert - Science Express, 09/06/05 - Université du Québec à Montréal http://www.sciences.uqam.ca/scexp/ Nicolas Vaslier, MONTREAL, nicolas.vaslier@diplomatie.gouv.fr Cette information est un extrait du BE Canada numéro 279 du 27/06/2005 rédigé par l'Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus