Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-07-19
Pratique médicale

Tags:
Assistance médicale à la procréation : détection ARN du VIH/SIDA-1 dans le sperme - Pratique médicale
Assistance médicale à la procréation : détection ARN du VIH/SIDA-1 dans le sperme

La Haute Autorité de Santé (HAS) a évalué à la demande de la Direction Générale de la Santé (DGS) la pertinence de rechercher l’Acide Ribonucléique (ARN) du VIH-1 dans le sperme lors d’une assistance médicale à la procréation (AMP) chez les couples présentant des troubles de la fertilité et dont l’homme est séropositif.

Publicité

Cette recherche, aujourd’hui imposée réglementairement (arrêté du 10 mai 2001), doit être :

- systématiquement réalisée sur le plasma séminal afin de déterminer les couples autorisés à être pris en charge en AMP (la charge virale séminale doit être inférieure à 10 000 copies/ml) ;

- systématiquement réalisée (ou substituée par la recherche de l’ADN du VIH-1) sur la fraction finale des spermatozoïdes obtenue après lavage. Il est alors exigé que cette recherche d’ARN ou d’ADN du VIH-1 soit négative pour autoriser une utilisation ultérieure des spermatozoïdes en assistance médicale à la procréation.

Fondée sur l’analyse critique de la littérature et l’avis consensuel des experts, l’avis de la HAS préconise de :

- Continuer à rechercher systématiquement l’ARN du VIH-1 dans le plasma séminal mais d’augmenter le seuil autorisant la prise en charge en AMP à 100 000 copies/ml au lieu de 10 000 copies/ml actuellement ;

Au sein de la fraction finale des spermatozoïdes;

- De ne plus rechercher l’ADN proviral ;

- De ne rechercher l’ARN du VIH-1 que lorsque la détection de l’ARN du VIH-1 au sein du plasma séminal s’est révélée positive.

L’avis de la Haute Autorité de Santé a été transmis notamment à l’Agence de la Biomédecine et à la DGS qui procèdent actuellement à la révision des textes réglementaires de l’assistance médicale à la procréation.

Article écrit le 2007-07-19 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus