Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-02-12
Pratique médicale

Tags:
Prendre en charge l'infarctus du myocarde - Pratique médicale
Prendre en charge l'infarctus du myocarde

La conférence de consensus, qui s’est déroulée le 23 novembre 2006 à la Faculté de médecine Paris V, fait le point sur la prise en charge du patient atteint d’infarctus du myocarde à la phase aigüe avant son arrivée dans un service de cardiologie. Elle s’est tenue à l’initiative de SAMU de France, de la Société Francophone de Médecine d’Urgence et de la Société Française de Cardiologie, avec le partenariat méthodologique et le concours financier de la HAS.

Publicité

L’infarctus du myocarde est une urgence vitale qui est observée dans tous les pays, avec une plus grande incidence dans les pays à fort niveau socio-économique.

Son diagnostic est plus ou moins aisé et les difficultés diagnostiques sont plus fréquentes chez les femmes, les personnes âgées et les diabétiques. Il repose principalement sur des signes cliniques et électrocardiographiques. Dans sa forme typique, un syndrome coronarien aigu est caractérisé par une douleur persistante au-delà de 20 minutes, médiothoracique et rétrosternale, oppressive, angoissante, irradiant dans le bras gauche, le cou et le maxillaire inférieur. Il est démontré aujourd’hui que la reperfusion coronaire, à la phase aiguë de l’infarctus du myocarde contribue largement à améliorer le pronostic des patients, quel que soit le moyen thérapeutique de la reperfusion. La reperfusion peut être réalisée par fibrinolyse ou par angioplastie coronarienne. L’angioplastie primaire est la technique la plus sûre et la plus efficace, puisqu’elle permet de rouvrir l’artère occluse dans près de 90% des cas contre seulement 60% pour la fibrinolyse. La réalisation de la fibrinolyse a pour elle l’avantage de la simplicité. Elle est réalisable en tous lieux du territoire. Son efficacité est optimale au cours des trois premières heures qui suivent le début des symptômes. Le risque hémorragique intracérébral (entre 0,5 et 1%) est incontournable malgré le respect strict des contre-indications.

L’objectif principal de cette conférence de consensus était d’établir des recommandations claires sur la prise en charge des syndromes coronariens aigus avec sus-décalage du segment ST à l’électrocardiogramme, avant l’arrivée du patient dans un service de cardiologie interventionnelle, d’homogénéiser les pratiques, de préconiser des filières identifiées de prise en charge optimisant les délais de reperfusion et d’augmenter le nombre de patients bénéficiant d’une stratégie de reperfusion précoce. Pour cela, il faut définir la meilleure filière de prise en charge des patients.

Le ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2007-02-12 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus