Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-10-20
Pratique médicale

Tags:
Interventions courantes d’odontologie et de stomatologie : quand pratiquer l’anesthésie générale ? - Pratique médicale
Interventions courantes d’odontologie et de stomatologie : quand pratiquer l’anesthésie générale ?

L'hétérogénéité des pratiques, en termes d'utilisation de l'anesthésie générale dans les actes courants d'odontologie et de stomatologie, a conduit la Haute Autorité de santé à élaborer et diffuser des recommandations dans ce champ particulier. Ce travail a été réalisé avec l'aide d'un groupe de travail pluridisciplinaire, à la demande de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts).

Publicité

Le groupe de travail recommande de privilégier l'anesthésie locale et d'évaluer le rapport bénéfice/risque de l'anesthésie générale avant d'en poser les indications.

En l'absence de recommandations françaises et au vu de l'hétérogénéité des pratiques professionnelles dans les actes courants d'odontologie et de stomatologie, l'évaluation des indications et des contre-indications de l'anesthésie générale dans ce domaine a été menée. L'objectif des recommandations formulées dans cette étude est de permettre aux praticiens de faire un choix rationnel entre anesthésie générale et anesthésie locale, se fondant sur l'évaluation du rapport bénéfice/risque de l'anesthésie générale.

L'acte courant de stomatologie ou d'odontologie recouvre, selon le groupe de travail, les « soins conservateurs, parodontaux et prothétiques en denture temporaire ou permanente, avulsions dentaires et actes de chirurgie buccale habituellement réalisés sous anesthésie locale ».

Le niveau de preuve apporté par la littérature n'étant pas suffisant, les recommandations suivantes reposent sur un accord professionnel fort :

- privilégier, dans la mesure du possible, l'anesthésie locale ;

- évaluer le rapport bénéfice/risque de l'anesthésie générale avant d'en poser l'indication ;

- réaliser une consultation de préanesthésie, informer le patient (ou le représentant légal) et obtenir son consentement éclairé (ce sont des obligations légales) ;

- rédiger un courrier précisant l'indication de l'anesthésie générale

Article écrit le 2005-10-20 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus