Publicité
Accueil > Vie professionnelle > Ordre national des médecins
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-06-16
Vie professionnelle

Tags:
Il faut aujourd'hui que cesse la surenchère en matière d'organisation de la permanence des soins. - Vie professionnelle
Il faut aujourd'hui que cesse la surenchère en matière d'organisation de la permanence des soins.

En septembre 2003, après une large concertation, les pouvoirs publics ont défini une nouvelle organisation de la permanence de soins dans le cadre de la loi et du code de déontologie. Celle ci privilégie l’aspect local et partenarial et avait recueilli l’assentiment de l’ensemble des acteurs concernés.

Publicité

Deux groupes poursuivent actuellement des travaux concurrents dans ce domaine, l’un sous l’égide de l’Etat et l’autre sous la tutelle de la Caisse nationale d’assurance maladie. Cette confusion jette un trouble sur l’ensemble des partenaires voire réactive des antagonismes que l’on croyait disparus. L’Etat lui même dans le cadre de ses déclarations publiques sur le plan canicule et la réforme de l’assurance maladie mélange à nouveau les cartes et envisage de modifier à nouveau les textes.

Devant cette surenchère permanente, l’Ordre National des Médecins rappelle que l’organisation de la permanence des soins devrait avoir pour seule finalité d’assurer la sécurité de la population qui tout comme les médecins a un droit légitime à une parfaite lisibilité du système et à sa stabilité.

L’Ordre des Médecins demande donc à l’ensemble de ses partenaires et à l’Etat de se retrouver dans un espace unique qui permette enfin une réelle mise en place de ce nouveau système.

Si aujourd’hui la population de notre pays ne pâtit pas de ces incohérences c’est parce qu’au niveau local les médecins et leurs conseils départementaux ont pris leurs responsabilités et assurent au quotidien leur devoir dans des conditions qu’il appartient aux instances nationales de préserver.

Article écrit le 2004-06-16 par Contact presse :Evelyne Acchiardi : 01 53 89 32 80
Source: Conseil National de l'Ordre des MedecinsAccéder à la source


Publicité

En savoir plus