Publicité
Accueil > Vie professionnelle > Ordre national des médecins
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2006-03-01
Vie professionnelle

Tags:
La féminisation : une chance à saisir - Vie professionnelle
La féminisation : une chance à saisir

La Section Santé Publique du Conseil National de l’Ordre des Médecins, publie les résultats d’une enquête sur les femmes médecins et les étudiantes en médecine. Enquête menée en deux temps, d’une part de terrain auprès de 868 étudiants PCEM2 et 3ème cycle et auprès de 6000 praticiens ayant dix à quinze ans de métier et d’autre part complétée par une analyse sociologique réalisée par une équipe de l’Université de Lyon sur les femmes médecins de 35-40 ans et 40-45 ans .

Publicité

On note plusieurs tendances :
Les femmes ont investi la profession, la médecine n’a commencé à se féminiser que depuis une quarantaine d’années : de 10% en 1962, la féminisation de la médecine est passée à 36% en 2003 ; à l’heure actuelle, dans certaines facultés, le taux d’étudiantes est de 64 % (49 % des hommes comme des femmes sont généralistes.)

Les professions dites libérales sont celles qui connaissent une féminisation la plus importante car ce sont celles qui, en principe, se prêtent le mieux à cet aménagement du temps de travail.

La féminisation de la médecine a favorisé une prise de conscience de la part des confrères masculins : ceux-ci ne travailleront plus dans les mêmes conditions que les générations antérieures et rejettent en bloc l’idée d’une disponibilité permanente, d’astreintes et ne souhaitent pas que leur conjointe les assiste en tant que secrétaire. L'équivalence entre disponibilité temporelle et qualité du travail ne va plus de soi chez les jeunes générations de médecins.

L’écart de temps de travail entre homme et femme est à l’avantage des hommes qui travaillent encore six heures de plus par semaine que les femmes.

Les femmes envisagent l’exercice en groupe à 90% alors que 22% des hommes veulent travailler seuls.

Les postes à responsabilité restent difficiles à atteindre. Il semble que la féminisation de la médecine se fasse encore sur un mode inégalitaire : les femmes sont concentrées dans certaines spécialités et n’accèdent encore que rarement à des postes dits de pouvoir. On peut également se demander si les femmes postulent peu aux postes dits de pouvoir parce que les concours coïncident avec la période de leur vie la plus propice à la maternité. 24% des hommes sont anciens chefs de cliniques, alors que seulement 16% des ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2006-03-01 par Contact presse :Evelyne Acchiardi : 01 53 89 32 80
Source: Conseil National de l'Ordre des MedecinsAccéder à la source


Publicité