Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2002-10-02
Pratique médicale

Tags:
Echodoppler dans l’artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs - Pratique médicale
Echodoppler dans l’artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs

L'Agence Nationale d'Accréditation et d'Évaluation en Santé (ANAES) publie, dans le cadre de son activité d'évaluation des technologies, une étude évaluant la performance de l'échodoppler dans le diagnostic et la prise en charge de l'artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs (AOMI).

Publicité

L'artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs résulte du développement de lésions d'athérome qui obstruent progressivement les artères des membres inférieurs, créant un obstacle à leur vascularisation. L'AOMI est une maladie fréquente puisqu'elle touche 3 % de la population en France. Sa gravité est liée à la diffusion des lésions d'athérome qui entraîne un risque local d'amputation et qui contribue à l'augmentation du risque d'accidents et de décès cardiovasculaires.

L'échographie-Doppler (ED) est une technique d'exploration des vaisseaux sanguins basée sur l'utilisation des ultrasons, non invasive et indolore, et qui permet de confirmer le diagnostic d'AOMI, d'en orienter le traitement puis de surveiller le patient.

Cette étude présente une évaluation de l'ED en comparaison au test de référence qu'est l'artériographie, examen invasif qui n'est plus à ce jour pratiqué à titre purement diagnostique mais dans un contexte de revascularisation.

L' évaluation des données scientifiques disponibles sur le sujet ainsi qu'une approche pratique développée par un groupe de travail spécifiquement constitué à cet effet ont permis de constater que :

· Sur le plan scientifique, la performance diagnostique de l'ED est le plus souvent satisfaisante, même si les protocoles de réalisation sont peu standardisés ;

· En terme décisionnel, l'ED permet le plus souvent de prédire non seulement la faisabilité d'un geste de revascularisation mais également de prévoir la survenue d'une resténose.

Au terme de cette étude, il apparaît que l'ED est actuellement le premier examen à effectuer chez un patient porteur d'une AOMI. Réalisé en complément de l'examen clinique et de la mesure de l'index de pression systolique bras-cheville, il est le plus souvent suffisant pour confirmer le diagnostic, orienter la décision thérapeutique vers un traitement médical ou chirurgical puis pour surveiller le patient. L'artériographie est quant à elle pratiquée à titre pré-thérapeutique si une décision de revascularisation est ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2002-10-02 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus