Publicité
Accueil > Pratique médicale > Evaluation
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2002-09-17
Pratique médicale

Tags:
Évaluation de la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson idiopathique : Rapport d’étape - Pratique médicale
Évaluation de la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson idiopathique : Rapport d’étape

L'Agence Nationale d'Accréditation et d'Évaluation en Santé (ANAES) publie, dans le cadre de son activité d'évaluation des technologies, une étude évaluant l'efficacité, la sécurité d'utilisation et la procédure opératoire de la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson :

Publicité

La stimulation cérébrale profonde est une chirurgie fonctionnelle apparue à la fin des années quatre-vingt. Une ou deux électrodes, implantées dans les noyaux cibles du cerveau, interfèrent par des impulsions électriques de haute fréquence avec les séquences de signaux électriques anormaux. Trois cibles sont actuellement visées par cette stimulation : le noyau ventral intermédiaire du thalamus (VIM), le globus pallidus interne (GPi) et le noyau sous-thalamique (NST). Elle est employée par une quinzaine d'équipes en France.

La conférence de consensus sur la maladie de Parkinson réalisée par l'ANAES en 2000 prévoit des indications restreintes de cette chirurgie. Les patients doivent être atteints d'une maladie de Parkinson sévère, échappant au traitement médical, avec la persistance d'une bonne sensibilité à la dopathérapie. Leur état général et mental doit permettre l'acte chirurgical.

Dans le cadre de cette étude, une analyse critique de la littérature clinique de langue française et anglaise a été réalisée portant sur la période 1996-2002 et discutée par deux groupes d'experts pluridisciplinaires.

Il a ainsi été constaté que l'efficacité réelle de la stimulation cérébrale profonde n'est pas connue. Les résultats des études cliniques suggèrent une efficacité à court terme sur les symptômes de la maladie dans le cas de la stimulation du GPi et du NST. La stimulation du VIM n'agit que sur les tremblements. La persistance des effets à long terme et le choix de la cible (GPi, NST) ne peuvent être déterminés à ce stade de développement de la technique.

L'évaluation de la tolérance n'est fondée que sur des études descriptives incomplètes. Trois types d'événements indésirables sont décrits : ceux inhérents à la chirurgie (hémorragie), ceux dus au dispositif médical (infection, dysfonctionnement) et ceux dus aux paramètres de stimulation. Des investigations complémentaires sur les complications directement liées à la stimulation et affectant le statut fonctionnel, ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2002-09-17 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus