Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2002-05-14
Pratique médicale

Tags:
Prise en charge d’un épisode dépressif en ambulatoire - Pratique médicale
Prise en charge d’un épisode dépressif en ambulatoire

Nouvelles recommandations et pratiques professionnelles de l'ANAES La dépression chez l'adulte constitue un problème préoccupant de santé publique, avec une prévalence qui varie de 5 à 15 % selon les études faites en population générale. Elle atteint plus les femmes que les hommes, à tout âge, et multiplie par 30 le risque de suicide.

Publicité

Un épisode dépressif, selon la 10e classification internationale des maladies (CIM-10), est défini par la présence d'au moins 4 symptômes durant les 15 derniers jours. Deux des trois symptômes suivants doivent être présents : humeur dépressive présente pratiquement toute la journée et presque tous les jours, diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir pour des activités habituellement agréables, réduction de l'énergie ou augmentation de la fatigabilité. A ces critères généraux, obligatoires pour le diagnostic, peuvent s'ajouter d'autres symptômes tels que la perte de la confiance en soi, des sentiments injustifiés de culpabilité, une diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer, des pensées de mort ou suicidaires récurrentes, ou un comportement suicidaire de n'importe quel type. L'épisode dépressif caractérisé, selon le DSM-IV, répond à une définition similaire. Le terme “ major ” anglo-saxon a été traduit par “ caractérisé ” (ou “ constitué ”) pour éviter la confusion avec le qualificatif français “ majeur ” qui fait référence à une notion de sévérité.

Les recommandations portent sur la prise en charge diagnostique et thérapeutique d'un premier épisode dépressif caractérisé. Elles précisent quand le recours au psychiatre ou l'hospitalisation est à envisager, la place respective des antidépresseurs et de la psychothérapie ainsi que les modalités de suivi du patient pendant la phase initiale de traitement jusqu'à l'amélioration des symptômes dépressifs et pendant la phase de consolidation. Elles confirment l'intérêt d'un traitement poursuivi plusieurs mois après l'amélioration des symptômes pour réduire le risque de rechute. L'intérêt d'une information complète du patient afin d'établir avec lui une véritable alliance thérapeutique y est souligné.

Article écrit le 2002-05-14 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus