Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2001-06-22
Pratique médicale

Tags:
Prise en charge du patient coronarien : angioplastie ou pontage ? - Pratique médicale
Prise en charge du patient coronarien : angioplastie ou pontage ?

L'angor (ou angine de poitrine) est un symptôme caractérisé par la perception d'une douleur thoracique écrasante, brûlante ou pesante. Cette affection traduit le plus souvent l'existence d'une ou de plusieurs sténoses coronariennes provoquée(s) par une plaque athéromateuse. Cette plaque peut se fissurer et transformer un angor stable (gêne thoracique à l'effort) en angor instable (crises plus fréquentes, ou moins sensibles à la trinitrine sub-linguale, ou survenant au repos) dont le risque évolutif est la survenue d'un infarctus du myocarde.

Publicité

L'angine de poitrine constitue un problème de santé publique en raison de sa fréquence, de ses conséquences en terme de morbi-mortalité et des coûts des traitements induits par cette pathologie chronique. C'est pourquoi la Caisse Nationale d'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) a demandé à l'ANAES de réaliser la synthèse des données portant sur l'efficacité et la sécurité du pontage aorto-coronarien et de l'angioplastie transluminale percutanée et de définir la place occupée par chacune de ces stratégies dans la prise en charge de l'angor stable et instable.

La prise en charge de l'angor a pour objectifs d'allonger la survie et d'améliorer la qualité de vie des patients. Elle fait appel à la lutte contre les facteurs de risque cardio-vasculaire, à des traitements médicamenteux et aux techniques de revascularisation coronarienne que sont l'angioplastie transluminale percutanée et le pontage aorto-coronarien. La revascularisation coronarienne consiste à restaurer l'apport sanguin au myocarde par les artères coronaires soit par désobstruction mécanique de la lumière artérielle (angioplastie) soit par l'interposition d'un greffon court-circuitant l'obstruction (pontage).

Le rapport de l'ANAES montre que la revascularisation myocardique apporte un meilleur bénéfice que le traitement médicamenteux en terme de soulagement de l'angor. La qualité de la littérature disponible n'a globalement pas permis de mettre en évidence la différence entre le pontage et l'angioplastie en ce qui concerne la survie avec ou sans infarctus. Le pontage apporterait un bénéfice supplémentaire chez les patients porteurs de lésions multiples avec insuffisance cardiaque gauche ou encore chez les diabétiques.

Selon les données médico-économiques actuelles, à court terme, le pontage est plus coûteux que l'angioplastie, elle même plus coûteuse que le traitement médicamenteux. Ces différences de coût entre les 3 stratégies s'estompent avec l'allongement de la durée de suivi. D'autre part, s'il venait à se développer, le traitement médicamenteux associé à l'angioplastie ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2001-06-22 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus