Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2007-09-13
Actualité médicale

Tags: especes -  reactives -  oxygenees -  (ROS) -  regulatrices -  reponse -  immunitaire - 
Les espèces réactives oxygénées (ROS) régulatrices de la réponse immunitaire - Actualité médicale
Les espèces réactives oxygénées (ROS) régulatrices de la réponse immunitaire

Des scientifiques du Centre allemand de recherche en cancérologie (DKFZ) ont récemment montré que les mitochondries, fournisseurs d'énergie de la cellule, étaient également capables d'envoyer des signaux entraînant la mort de cellules immunitaires et donc l'inactivation de la réponse immune.

Publicité

Les chercheurs de Heidelberg ont en effet découvert que, dans les lymphocytes, ces petits organites cellulaires envoient des signaux oxidatifs sous forme d'espèces réactives oxygénées (ROS). Ces ROS déclenchent un programme de mort cellulaire, ou apoptose, dans les lymphocytes T, qui conduit inévitablement à l'interruption de la réponse immunitaire. Ainsi les mitochondries ne sont plus simplement des usines à énergie pour la cellule mais aussi des instigatrices de stress oxidatif.

Dans le cas particulier d'une infection par le virus du SIDA, c'est la disparition d'une espèce de cellules immunitaires indispensables, les lymphocytes T CD4, qui conduit à la détérioration globale du système immunitaire. Jusqu'alors le mécanisme à l'origine de la mort des lymphocytes T CD4 n'était pas élucidé. Les chercheurs du DKFZ viennent désormais de prouver que la protéine Tat du VIH est également à l'origine de signaux oxidatifs qui, comme pour les mitochondries, conduisent à l'apoptose de cette souche cellulaire. Ce mécanisme contribue très probablement à la perte massive des lymphocytes T CD4 qui apparaît lors d'une infection par le VIH.

La mise en lumière de ce mécanisme laisse entrevoir de nombreuses applications thérapeutiques. Ainsi, en intervenant (induction ou suppression) ponctuellement sur ces signaux oxidatifs, il serait possible d'induire des réactions immunitaires, pour éliminer des cellules tumorales par exemple, ou au contraire d'empêcher la mort cellulaire, dans le cas de transplantations ou d'une infection par le virus du SIDA.

Article écrit le 2007-09-13 par Anaïs Manin, anais.manin@diplomatie.gouv.fr
Source: BE Allemagne numéro 352 (12/09/2007) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/50917.htm Accéder à la source

Mots clés: especes reactives oxygenees (ROS) regulatrices reponse immunitaire


Publicité

En savoir plus

Prof. Dr. Peter H. Krammer - Deutsches Krebsforschungszentrum, Im Neuenheimer Feld 280, D69120 Heidelberg - tél : +49 6221 42 37 17, fax : +49 06221 41 17 15 - email : p.krammer@dkfz.de

Dépêche idw, communiqué de presse de la Wilhelm Sander-Stiftung - 10/09/2007




: Sur le même thème...