Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2006-04-04
Actualité médicale

Tags: chercheurs -  CUSM -  etudient -  traitement -  trouble -  dysphorique -  premenstruel -  (TDPM) -  type -  extreme -  syndrome -  premenstruel - 
Des chercheurs du CUSM étudient un traitement du trouble dysphorique prémenstruel (TDPM), type extrême de syndrome prémenstruel - Actualité médicale
Des chercheurs du CUSM étudient un traitement du trouble dysphorique prémenstruel (TDPM), type extrême de syndrome prémenstruel

04 avril 2006 - Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs du CUSM explore un traitement potentiel d'un type extrême de syndrome prémenstruel, le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM). Les symptômes sont notamment la dépression, l'irritabilité, l'inadaptation sociale et la sensibilité des seins qu'éprouvent certaines femmes immédiatement avant les règles.

Publicité

« Environ 5 % des femmes souffrent du trouble dysphorique prémenstruel », dit la Dre Lucy Gilbert, au nombre des chercheurs principaux de l'étude multicentrique sur le TDPM qui est menée à divers endroits du Canada et des États-Unis. « Ces femmes sont occupées, ont une famille, un emploi et de nombreuses autres responsabilités. Le trouble dysphorique prémenstruel bouleverse leur qualité de vie et affecte leur fonctionnement quotidien. »

« Nous pensons que la prise quotidienne d'une faible dose d'un contraceptif oral courant peut aider à atténuer les symptômes de ce trouble et améliorer la qualité de vie de ces femmes », ajoute la Dre Gilbert, qui est aussi oncologue gynécologue au CUSM, et qui à un interêt dans le système hormonal féminin.

Selon ses explications, « ce ne sont ni les carences ni l'excès d'hormones qui causent les symptômes du syndrome prémenstruel, mais bien les fluctuations des niveaux d'hormones, en l'occurrence l'oestrogène et la progestérone ».

L'équipe de recherche, composée de gynécologues, de psychologues et de psychiatres, espère que ses conclusions établiront que le maintien d'un niveau régulier de ces hormones dans le cerveau permettra d'observer une uniformisation et une amélioration de l'humeur des patientes affectées par le TDPM.

Article écrit le 2006-04-04 par Seeta Ramdass
Source: Coordonnatrice, Relations publiques et Communications - Relations publiques et Communications Centre universitaire de santé McGill Accéder à la source

Mots clés: chercheurs CUSM etudient traitement trouble dysphorique premenstruel (TDPM) type extreme syndrome premenstruel


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...