Publicité
Accueil > Actualité médicale > EXPLORATIONS
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2002-09-06
Actualité médicale

Tags: fourmis -  reine -  conflits - 
Comment les fourmis sans reine régulent leurs conflits - Actualité médicale
Comment les fourmis sans reine régulent leurs conflits

Thibaud Monnin, chercheur au laboratoire Fonctionnement et évolution des systèmes écologiques (CNRS - Université Paris VI -ENS)(1), a montré qu'un mécanisme complexe régule la reproduction chez les fourmis sans reine Dinoponera quadriceps. La fourmi reproductrice de la colonie utilise un signal chimique pour déclencher l'attaque de toute fourmi qui tenterait de prendre sa place. Ces recherches, menée en collaboration avec une équipe de l'Université de Sheffield (2), sont publiées dans Nature (3).

Publicité

Une centaine d'espèces de fourmis n'ont pas de reine. Dans ces espèces (4) toutes les ouvrières ont la capacité de s'accoupler et de se reproduire, ce qui contraste fortement avec les espèces avec reines (5), où les ouvrières sont morphologiquement incapables de s'accoupler et où seules les reines peuvent se reproduire. Chez la fourmi sans reine Dinoponera quadriceps un conflit important se développe entre les ouvrières d'une même colonie : il n'y a qu'une seule ouvrière reproductrice et chaque ouvrière gagnerait à être celle-ci. Les ouvrières sont organisées en une hiérarchie de dominance.

En haut de la hiérarchie se trouve l'ouvrière reproductrice. Immédiatement dessous se trouvent quelques ouvrières dominantes, qui pourraient devenir reproductrices en prenant la place de l'actuelle reproductrice. Les autres ouvrières, dites dominées, ne peuvent jamais se reproduire. Quand une ouvrière dominante défie la reproductrice cette dernière la marque chimiquement, ce qui induit les ouvrières dominées à immobiliser l'ouvrière dominante en mordant ses pattes et antennes pendant plusieurs heures, voir plusieurs jours, jusqu'à ce qu'elle cesse de menacer la reproductrice. Seule la reproductrice produit le signal chimique, qui est déposé avec l'aiguillon. Les ouvrières dominées coopèrent avec la reproductrice car elles augmentent ainsi leur reproduction indirecte. L'étude montre en outre que les individus dominés, souvent négligés dans l'étude des sociétés animales, ont un rôle important dans cette espèce. Les ouvrières dominées ne peuvent pas devenir la reproductrice, mais, dans une certaine mesure, elles choisissent celle-ci. Les dominées aident généralement la reproductrice, mais si celle-ci est âgée ou en mauvaise santé elles peuvent au contraire aider la dominante. Elles immobilisent alors la vieille reproductrice, permettant ainsi à la jeune dominante de s'établir comme la nouvelle reproductrice.



Notes :
(1) L'équipe Génétique-Populations-Socialité étudie l'évolution de la reproduction du point de vue de la génétique, des stratégies individuelles de reproduction ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2002-09-06 par Thibaud Monnin
Source: source Accéder à la source

Mots clés: fourmis reine conflits


Publicité

En savoir plus