Publicité
Accueil > Actualité médicale > EXPLORATIONS
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2002-01-10
Actualité médicale

Tags: systeme biologique -  stabilite -  genome humain - 
Un nouveau système biologique garant de la stabilité du génome humain - Actualité médicale
Un nouveau système biologique garant de la stabilité du génome humain

Les systèmes dits de "réparation de l'ADN" assurent l'intégrité et la pérennité de l'information génétique contenue dans le noyau des cellules des organismes vivants. L'un d'eux notamment, permet d'éliminer un certain nombre de lésions de l'ADN endommagé par des agents endogènes ou exogènes. Un nouveau système vient d'être appréhendé par Alexander Ishchenko et Murat Saparbaev, chercheurs d'une équipe CNRS(1), permettant ainsi l'identification de nouveaux gènes de prédisposition aux cancers chez l'homme. D'un point de vue pharmacologique, cette découverte publiée dans Nature du 10 janvier 2002 permet d'envisager de nouvelles cibles pour des chimiothérapies anticancéreuses spécifiques.

Publicité

La vie en présence d'oxygène conduit à la production de dérivés de cette molécule particulièrement réactifs, appelés espèces réactives de l'oxygène (EROs)(2). Au niveau de l'ADN(3), support du matériel héréditaire, on connaît plus d'une centaine de lésions générées par ces EROs. Lors de la réplication de l'ADN, ces lésions, parmi lesquelles les bases modifiées, peuvent avoir deux effets particulièrement délétères. Elles peuvent, soit bloquer la réplication de l'ADN et conduire à la létalité cellulaire, soit conduire à la modification de l'information génétique. Dans le deuxième cas, cela entraîne une mutation susceptible d'enclencher le processus cancéreux. Pour combattre les effets délétères de ces lésions, les organismes vivants sont pourvus de divers systèmes de réparation de l'ADN assurant la stabilité du génome. Il en est qui éliminent les bases ayant subi une altération de leur structure. Chez l'homme, certains peuvent s'avérer défaillants et engendrer des maladies telles que la Xeroderma pigmentosum(4), l'Ataxia telangectesia(5), le syndrome de Cockayne(6). Des défauts présents dans d'autres voies de réparation sont également impliqués dans l'apparition de cancers du sein et du colon. La compréhension des diverses voies de réparation, garantes du bon fonctionnement des organismes vivants, s'avère donc nécessaire. Des recherches ont ainsi montré des bases de l'ADN modifiées par des molécules de petites ou de grosses tailles, et réparées par des systèmes de réparation spécifiques. En règle générale, les bases modifiées par les EROs et les molécules de petites tailles sont éliminées par la voie de réparation dite d'"excision de base". Ce système particulier de réparation contribue également à la stabilité du génome. Il implique l'action séquentielle de diverses protéines, la première est une ADN glycosylase, enzyme excisant spécifiquement la base modifiée. C'est à Villejuif que les premières étapes du mécanisme moléculaire de cette voie de réparation avaient été mises en évidence par ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2002-01-10 par Dr Jacques Laval
Source: source Accéder à la source

Mots clés: systeme biologique stabilite genome humain


Publicité

En savoir plus