Publicité
Accueil > Actualité médicale > EXPLORATIONS
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2002-02-14
Actualité médicale

Tags: faits -  gestes -  albatros -  GPS - 
Les moindres faits et gestes de l'albatros révélés par GPS - Actualité médicale
Les moindres faits et gestes de l'albatros révélés par GPS

Henri Weimerskirch et son équipe CNRS(1) «Oiseaux et mammifères marins» étudient depuis plusieurs années la façon dont les oiseaux et mammifères exploitent les ressources marines et quelles sont les conséquences des changements environnementaux sur les populations de prédateurs. Dans la revue Science du 15 février, H. Weimerskirch publie les résultats de son étude menée à distance sur des albatros équipés de GPS(2) miniaturisés. Cette nouvelle génération de GPS, par sa légèreté et sa précision, présente de nombreux avantages. Les enregistrements obtenus (un par seconde) permettent ainsi de suivre, au mètre près, le déplacement des oiseaux dans leur milieu naturel et fournissent des renseignements précieux pour la recherche en écologie des animaux marins.

Publicité

Grâce à ce GPS miniaturisé, pesant entre 50 et 100 grammes, fixé sur l'animal, il a été possible, pour la première fois, de suivre très précisément le déplacement des grands albatros dans l'Océan Austral. On peut ainsi reconstituer leur trajectoire et enregistrer la vitesse instantanée de l'oiseau qui est fonction de la direction et de la force du vent ; cette vitesse peut atteindre jusqu'à 135 km/h. L'albatros ajuste sa trajectoire pour retrouver des secteurs océaniques qu'il a déjà traversés, augmentant ainsi sa chance de trouver des proies, repérant les bords des plateaux continentaux où vivent les calmars dont il se nourrit. La précision du système permet même de reconstituer la trajectoire des oiseaux une fois posés sur l'eau et dérivant à la surface de l'océan et de mesurer la vitesse et la direction des courants marins. L'équipe d'Henri Weimerskirch, avec le soutien de l'Institut Polaire(3), utilise des techniques de télémétrie ou mesure à distance et d'acquisition de données pour comprendre le rôle des prédateurs dans leur milieu : la télémétrie par satellite à l'aide de balises Argos(4) miniaturisées avait permis, dès 1989, de suivre les animaux marins antarctiques tels les pétrels, les manchots ou les otaries et plus particulièrement les albatros qui se déplacent sur des distances immenses (parfois jusqu'à 2 000 km) pour aller chercher de la nourriture pour leurs petits. En couplant ces balises Argos à des appareils enregistreurs, il était devenu possible d'étudier le comportement de ces animaux et leur physiologie - ingestion des proies, profondeur de plongée, rythme cardiaque -, de localiser les zones à forte densité en calmars ou en poissons ou d'enregistrer les paramètres physiques du milieu. Toutefois ces techniques de télémétrie ne permettaient d'obtenir que des localisations peu fréquentes (une par heure dans de bonnes conditions) d'une précision souvent ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2002-02-14 par Henri Weimerskirch
Source: source Accéder à la source

Mots clés: faits gestes albatros GPS


Publicité

En savoir plus