Publicité
Accueil > Organisation des soins > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2001-12-31
Organisation des soins

Tags:
Prescription et utilisation d'un hypnotique - Organisation des soins
Prescription et utilisation d'un hypnotique

L'objectif était de quantifier la prescription de zopiclone à l’échelle d’une circonscription de caisse, identifier des consommateurs excessifs. Prescription et utilisation d'un hypnotique, la zopiclone : enquête de pratique dans le Finistère-Sud

Publicité

Résumé

Objectifs : Quantifier la prescription de zopiclone à l'échelle d'une circonscription de caisse, identifier des consommateurs excessifs.

Méthodes : Requête informatique sur toutes les prescriptions et délivrances de zopiclone (commercialisée en France sous le nom de Imovane®) enregistrées par la caisse primaire du Finistère-Sud au cours du second semestre 1999 ; examen par le médecin- conseil des patients à forte consommation.
Résultats : La zopiclone représente 40 % du coût de l'ensemble des hypnotiques remboursés dans la circonscription, 47 % des signalements pour délivrance de quantité aberrante. Plus de 3 % des assurés sociaux du régime général de la caisse ont obtenu une délivrance de ce produit pendant cette période.

La population des consommateurs se répartit schématiquement en trois grands groupes : l'insomniaque passager (un à 3 mois de traitement - 64 %) ; l'insomniaque chronique (traitement supérieur à 3 mois - 30 %) ; l'insomniaque « psychiatrique » (6 %) qui motive des posologies au-delà des recommandations de l'autorisation de mise sur le marché (AMM).

Les prescriptions permettent à 6 % des utilisateurs d'obtenir une quantité de zopiclone supérieure à la posologie maximale d'un par jour fixée par l'AMM (délivrance supérieure à 180 comprimés sur 6 mois) et à 43 % des utilisateurs de plus de 65 ans de dépasser le seuil recommandé d'un demi-comprimé par jour (délivrance supérieure à 90 comprimés).

Conclusions : La zopiclone jouit peut-être auprès des prescripteurs et des patients d'une réputation d'innocuité alors que ses effets secondaires - en fait, ceux des benzodiazépines - sont de plus en plus documentés.

Article écrit le 2001-12-31 par Auteurs : Leterme L, Singlan Y-S
Source: Rev Med Ass Maladie 2001;32,1:9-15Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Lire l'étude...