Publicité
Accueil > Organisation des soins > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2002-12-31
Organisation des soins

Tags:
Restaurations dentaires coronaires - Organisation des soins
Restaurations dentaires coronaires

L'objectif était d'apprécier la fréquence des matériaux utilisés dans les restaurations dentaires coronaires exécutées par les chirurgiens-dentistes en technique directe et évaluer leur qualité. Nature et qualité des restaurations dentaires coronaires par technique directe en région Rhône-Alpes

Publicité

Résumé

Objectifs : Apprécier la fréquence des matériaux utilisés dans les restaurations dentaires coronaires exécutées par les chirurgiens-dentistes en technique directe et évaluer leur qualité.

Méthodes : Enquête transversale réalisée par 31 chirurgiens- dentistes-conseils des trois régimes d'assurance maladie de la région Rhône-Alpes portant sur un échantillon de 7 500 restaurations dentaires coronaires facturées et remboursées par l'assurance maladie en septembre 1998, sélectionnées selon une série continue et évaluées à partir d'un référentiel reconnu par la Fédération dentaire internationale : les critères de qualité de G. Ryge.

Résultats : Ils portent sur 7164 restaurations dentaires coronaires observables chez 3 796 patients et réalisées par plus de 2 000 praticiens (soit plus de la moitié des chirurgiens- dentistes exerçant dans la région Rhône-Alpes). Le délai entre la date de l'acte et celle de l'observation était, en moyenne, de 6,1 ± 3,3 mois. La fréquence d'utilisation de l'amalgame était de 52,2 % et celle du composite de 47,8 %. L'amalgame était utilisé, aux deux maxillaires, pour des restaurations dentaires de volume important et concernant les secteurs postérieurs.

Sur le plan qualitatif, les restaurations au composite présentaient une adaptation marginale et une forme anatomique plus souvent adéquate que l'amalgame, mais leur adaptation chromatique n'était pas toujours satisfaisante. Les restaurations dentaires coronaires étaient cliniquement correctes (63,4 %), ou présentaient des anomalies nécessitant une surveillance clinique (19 %) ou des défauts importants nécessitant une réfection immédiate (17,6 %). La proportion de récidive carieuse était de 8,6 % pour l'amalgame et de 9,4 % pour le composite.

Sur la seule région Rhône-Alpes, l'Assurance maladie rembourse tous les ans un montant estimé à 10,7 millions d'euros au moins pour des restaurations dentaires coronaires de qualité incorrecte (sur un total de près de 82,3 millions d'euros pour ces actes).

Conclusion : Des actions de sensibilisation des chirurgiens-dentistes traitants de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2002-12-31 par Auteurs : Matysiak M, Gradelet J, Vigneau F, Lattier G, Nakache P, Guillaud M, Cantagrel R, Galliot
Source: Rev Med Ass Maladie 2002;33,2:119-128Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Lire l'étude...