Publicité
Accueil > Organisation des soins > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2002-12-31
Organisation des soins

Tags:
Risque cardio-vasculaire - Organisation des soins
Risque cardio-vasculaire

L'objectif était de déterminer le niveau de risque et la prévalence des facteurs de risque cardio-vasculaire auprès d’une population fréquentant les marchés. Détermination du niveau de risque et de la distribution des facteurs de risque cardio-vasculaire au sein d'une population fréquentant les marchés de la ville d'Aubervilliers.

Publicité

Résumé

Objectif : Déterminer le niveau de risque et la prévalence des facteurs de risque cardio-vasculaire auprès d'une population fréquentant les marchés.

Méthode : Mise en place, durant deux semaines, sur les marchés d'Aubervilliers d'une étude épidémiologique transversale, auprès de la population sensibilisée à une campagne de dépistage gratuit organisé par le centre de prévention sanitaire et sociale de la caisse primaire d'assurance maladie de Seine- Saint-Denis. Un bilan évaluant les facteurs de risque cardio-vasculaire non modifiables et modifiables a été effectué. Le bilan biologique sur sang capillaire dosant la glycémie, le cholestérol total, le LDL et HDL-cholestérol, les triglycérides, a été réalisé.

Résultats : 450 personnes (âge moyen 59 ans, 57 % de femmes) ont été examinées. Leur niveau de risque moyen d'accident coronaire à 10 ans est de 12,6 %. 22 % de notre population présentaient un niveau de risque de coronaropathie supérieur à 20 % à 10 ans, seuil retenu pour initier un traitement médicamenteux. Parmi ceux-ci, 2,6 % avaient un risque > 40 %. Plus de 56 % de la population étaient déjà suivis pour un problème de santé, incluant l'hypertension artérielle, le diabète, les dyslipidémies. La prévalence de l'obésité (IMC = 30 kg/m2) est importante. Elle est de 29,6 % (132/446), dont 33 % chez les sujets déjà suivis médicalement et 22 % chez les sujets non suivis.

Conclusion : Ce type d'opération de dépistage sur le terrain permet l'accès à des bilans médicaux pour une population qui souvent ne consulte pas ou plus. Il convient de réorienter la population déjà suivie vers le circuit médical et de faire démarrer un premier suivi médical à la population jamais suivie.

Article écrit le 2002-12-31 par Auteurs : Nguyen G, Le Clésiau H, Béjanin F, Clément T, Brasseur Y, La Rosa E, Soufi K, Becquet S, B
Source: Rev Med Ass Maladie 2002;33,3:225-232Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Lire l'étude...