Publicité
Accueil > Organisation des soins > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2004-12-31
Organisation des soins

Tags:
Rétrocession hospitalière des médicaments - Organisation des soins
Rétrocession hospitalière des médicaments

L'objectif était d'évaluer l’accessibilité géographique de ces médicaments, de mesurer le service pharmaceutique rendu au patient et d'appréhender l’exercice de cette mission ambulatoire confiée aux pharmacies à usage intérieur. La rétrocession hospitalière des médicaments : quel service pharmaceutique rendu au patient ? Exemple de l'Aquitaine.

Publicité

Résumé

Objectifs : La rétrocession par les pharmacies hospitalières à des patients ambulatoires de médicaments de réserve hospitalière occupe une place importante et croissante dans les dépenses pharmaceutiques de l'Assurance Maladie. Cette étude visait à évaluer l'accessibilité géographique de ces médicaments, à mesurer le service pharmaceutique rendu au patient et à appréhender l'exercice de cette mission ambulatoire confiée aux pharmacies à usage intérieur.

Méthode : Une enquête descriptive, rétrospective, a été menée en 2002 auprès des 76 pharmacies autorisées à mener cette activité en Aquitaine. Le questionnaire adressé aux pharmaciens gérants portait sur les rétrocessions effectuées en 2001 : nature, montant et mode de distribution des produits, provenance des patients.

Résultats : La rétrocession était pratiquée par 35 pharmacies à usage intérieur ; les questionnaires ont été complétés par 30 d'entre elles. Le montant total des rétrocessions s'élevait à près de 55 millions d'euros, dont 46 % au centre hospitalier régional et universitaire de Bordeaux. Sur les 19 pharmacies ayant renseigné les items relatifs à la provenance des patients, soit sur une cohorte de 7 276 patients, 43 % parcouraient de 0 à 10 km entre leur domicile et la pharmacie hospitalière, 38 % de 10 à 50 km et 19 % plus de 50 km. Cet éloignement était parfois à l'origine d'un recours à des intermédiaires tels que les ambulanciers ou les pharmaciens d'officine.

Conclusion : L'enquête n'a pas permis de mettre en évidence une qualité optimale de dispensation pharmaceutique, alors que ce dispositif pose de nombreux problèmes pour le patient ou sa famille, pour la pharmacie hospitalière, ainsi que pour le payeur.

Article écrit le 2004-12-31 par Auteurs : Taboulet F, Dulin R, Bonnin M, Saux MC
Source: Rev Med Ass Maladie 2004;35,2:101-108Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Lire l'étude...