Publicité
Accueil > Organisation des soins > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2004-12-31
Organisation des soins

Tags:
Dialyse rénale - Organisation des soins
Dialyse rénale

L'objectif était de déterminer et comparer les caractéristiques et les modalités d’épuration extra-rénale des malades dialysés diabétiques et non diabétiques en région Alsace. Dialyse rénale : analyse comparative entre malades diabétiques et non diabétiques (Alsace, 2002).

Publicité

Résumé

Objectifs : 1/ Déterminer et comparer les caractéristiques et les modalités d'épuration extra-rénale des malades dialysés diabétiques et non diabétiques en région Alsace. 2/ Comparer les modalités d'orientation vers le néphrologue de ces deux populations avant le stade terminal nécessitant la mise en dialyse.

Méthode : Enquête de prévalence sur tous les adultes dialysés en avril 2002 pour les caractéristiques des patients : affections associées et modalités de traitement. Recherche rétrospective des modalités du suivi avant dialyse pour les patients dialysés depuis moins d'un an.

Résultats : Parmi les 810 dialysés, 28,5 % (± 3,1) étaient diabétiques (D+). L'âge moyen des patients D+ (66,3 ans ± 1,5) était supérieur à l'âge moyen (60,2 ans ± 1,3) des patients non diabétiques (D-). Les patients D+ n'étaient pas différents des patients D- en matière d'antécédents d'accident vasculaire cérébral, de chirurgie carotidienne et de problèmes d'abord vasculaire. Ils étaient traités plus fréquemment que les patients D- par dialyse péritonéale continue ambulatoire (p < 10-3). Les caractéristiques du suivi prédialyse n'étaient pas différentes entre patients D+ et D- : moins de la moitié des patients avaient bénéficié d'un suivi supérieur à un an. La moitié de la population diabétique et non diabétique était adressée au néphrologue au stade d'insuffisance rénale sévère.

Conclusions : Les patients D+ étaient plus fréquemment traités en dialyse péritonéale continue ambulatoire qu'en hémodialyse. Ils ne bénéficiaient pas d'un suivi avant dialyse plus précoce que les patients D-. Un recours plus précoce au néphrologue doit être organisé.

Article écrit le 2004-12-31 par Auteurs : Hoelt B, Montagnier B
Source: Rev Med Ass Maladie 2004;35,3:157-165Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Lire l'étude...