Publicité
Accueil > Organisation des soins > Economie médicale, Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-12-31
Organisation des soins

Tags:
Anti-inflammatoires non stéroïdiens - Organisation des soins
Anti-inflammatoires non stéroïdiens

L'objectif était de vérifier la prise en compte des risques inhérents aux prescriptions d’AINS par les omnipraticiens et les rhumatologues de la région des Pays de la Loire. Anti-inflammatoires non stéroïdiens et risques iatrogènes potentiels : analyse des données de l'Assurance maladie.

Publicité

Résumé

Objectif : Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont largement prescrits en raison de leurs nombreuses actions thérapeutiques ; leur utilisation obéit à des règles de prescription bien codifiées. L'objectif de cette étude était de vérifier la prise en compte des risques inhérents aux prescriptions d'AINS par les omnipraticiens et les rhumatologues de la région des Pays de la Loire.

Méthode : Nous avons utilisé les bases de remboursement du régime général de l'Assurance maladie et celles de la Mutualité sociale agricole de la région des Pays de la Loire. Les données recueillies ont été analysées au regard des référentiels médicaux. La population étudiée était définie par les omnipraticiens et les rhumatologues ayant prescrit au moins un AINS pendant la période des mois de septembre et octobre 2001.

Résultats : Une proportion importante des patients des rhumatologues (19,5 %) et de ceux des omnipraticiens (13,9 %) bénéficiait d'un traitement par AINS. La protection gastrique associée aux AINS non sélectifs restait faible, notamment chez les patients de 65 ans et plus, tout particulièrement chez les omnipraticiens. La surveillance rénale, en cas d'association à risque, était incomplète pour les patients âgés de 75 ans et plus. L'association à un second AINS ou à un anticoagulant était rare. La connaissance des risques hémorragiques liés à la coprescription d'inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS) semblait limitée.

Conclusion : Cette étude a montré que les médecins ne prenaient pas suffisamment en compte les risques inhérents aux prescriptions d'AINS, notamment chez les sujets âgés (risques rénal et digestif).

Article écrit le 2005-12-31 par Auteurs : Lévy P, Fanello S, Pivette J, Parot-Schinkel E, Le Grand G, Schoux JB, Le Bodo P
Source: Rev Med Ass Maladie 2005;36(2):153-161Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Lire l'étude...