Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2007-08-01
Actualité médicale

Tags: etude -  programme -  vaccination -  anti-VPH -  premature - 
Étude : le programme de vaccination anti-VPH est prématuré - Actualité médicale
Étude : le programme de vaccination anti-VPH est prématuré

1 août 2007 - Il faut d’abord répondre aux questions et aux préoccupations, prévient une professeure de McGill.

Publicité

Le plan du gouvernement fédéral visant à lancer un programme national de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) pour les femmes et les jeunes filles est prématuré et pourrait avoir des conséquences négatives non intentionnelles, selon une étude dirigée par la professeure Abby Lippman de l’Université McGill.
« Il faut répondre à un certain nombre de questions sans réponse avant de mettre en place un programme de vaccination », déclare la professeure Lippman du Département d’épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail de l’Université McGill, membre du Réseau canadien pour la santé des femmes (RCSF) et auteure principale du commentaire Human papillomavirus, vaccines and women’s health: questions and cautions, qui sera publié dans la 28e édition du Journal de l’Association médicale canadienne.
La professeure Lippman ainsi que ses collègues du RCSF, du Département de bioéthique de l’Université Dalhousie et de la Women’s Health Clinic à Winnipeg, ont examiné une variété de documents, y compris ceux du fabricant qui accompagnaient la demande d'approbation de Gardasil, le vaccin anti-VPH utilisé actuellement. Au nombre des questions sans réponse, ils citent les suivantes : « Où sont les données sur l’efficacité du vaccin anti-VPH lorsqu’il est administré en même temps que d’autres vaccins, comme cela risque de se produire dans la pratique réelle? Quelle sera l’incidence de facteurs comme l’état nutritionnel, le tabagisme et la santé générale d’une personne sur l’innocuité ou l’utilité du vaccin anti-VPH? »
Bien que le vaccin puisse prévenir l’infection primaire par le VPH des types 16 et 18, que l’on croit être à l’origine d’environ 70 pour cent des cas de cancer du col de l'utérus, ils affirment que l’absence de données suffisantes sur l’efficacité du vaccin et d’objectifs clairs et tangibles dans le programme national de vaccination proposé est une source de préoccupation.
La professeure Lippman ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-08-01 par auteur
Source: Service des affaires universitaires - Université McGill Accéder à la source

Mots clés: etude programme vaccination anti-VPH premature


Publicité

En savoir plus

Pour nous rejoindre:
Michael Bourguignon
Service des affaires universitaires et des médias
Université McGill
514-398-8305




: Sur le même thème...