Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2007-07-09
Actualité médicale

Tags: cancer -  enfant -  diagnostic -  tardif - 
Le cancer chez l’enfant et le diagnostic tardif - Actualité médicale
Le cancer chez l’enfant et le diagnostic tardif

9 juillet 2007 - Des chercheurs de l’Université McGill analysent les causes des retards ainsi que leur incidence sur le traitement et le pronostic.

Publicité

Les causes d’un diagnostic tardif de cancer chez l’enfant peuvent varier, mais l’incidence de ces retards sur le pronostic des enfants demeure inconnue, selon deux chercheurs de l’Université McGill qui ont examiné pour la première fois les études menées sur ce sujet.
Le Dr Eduardo Franco, directeur de la division de l’épidémiologie du cancer à l’Université McGill, et Tam Dang-Tan, étudiant de doctorat en épidémiologie, ont analysé 23 études effectuées à l’échelle mondiale. Dans leurs conclusions, qui seront publiées dans le numéro du 15 août 2007 de la revue Cancer de l’American Cancer Society, ils indiquent qu’un diagnostic tardif est attribuable à l’une des trois causes suivantes : le patient ou le parent, le type ou le stade de la maladie et le système de santé lui-même.
« Les principaux facteurs associés à un diagnostic tardif étaient l’âge de l’enfant au moment du diagnostic, le niveau de scolarité des parents, le type de cancer, la présentation des systèmes, le site de la tumeur, le stade du cancer et le premier médecin spécialiste consulté », soulignent les chercheurs, ajoutant qu’il est nécessaire de mieux comprendre ces facteurs ainsi que leur incidence sur le pronostic et la gravité de la maladie.
Le cancer est la maladie la plus mortelle chez les enfants dans les pays développés et comme les enfants sont habituellement soignés par leurs parents, les connaissances, les attitudes et le comportement de ces derniers face au cancer d’un enfant ont une importance particulière, remarquent les chercheurs, précisant que les parents ne sont absolument pas les seuls responsables.
Les temps d’attente signalés dans les 23 études variaient considérablement, mais en général ils n'étaient pas si terribles, selon le Dr Franco. Les études indiquent toutefois que les retards causés par les médecins avaient tendance à être plus longs que ceux causés par la ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2007-07-09 par auteur
Source: Service des affaires universitaires - Université McGill Accéder à la source

Mots clés: cancer enfant diagnostic tardif


Publicité

En savoir plus

Céline Poissant
Service des affaires universitaires et des médias
Université McGill
514-605-0092