Publicité
Accueil > Actualité médicale > EXPLORATIONS
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2003-05-08
Actualité médicale

Tags: Resistance -  moustiques -  insecticides -  mutation -  especes - 
Résistance des moustiques aux insecticides : une même mutation commune à différentes espèces - Actualité médicale
Résistance des moustiques aux insecticides : une même mutation commune à différentes espèces

Une équipe de chercheurs montpelliérains (Mylène Weill et al., Institut des sciences de l'évolution, CNRS - Université Montpellier II) a mis en évidence chez les espèces de moustiques transmettant le paludisme (Anopheles gambiae) et la fièvre virale du virus West Nile (Culex pipiens), une mutation unique qui leur confère une résistance aux principaux insecticides. Cette découverte est cruciale pour lutter contre la montée croissante du nombre de moustiques résistants à travers le monde. Elle est publiée dans la revue Nature du 8 mai.

Publicité

La majorité des insecticides utilisés dans la lutte anti-vectorielle pour ralentir la transmission des maladies à l'homme sont des organophosphates et des carbamates qui inhibent une enzyme, l'acétylcholinestérase (AChE).

Or, depuis un certain nombre d'années, des résistances à ces pesticides dues à une modification de l'AChE apparaissent chez les moustiques.

Récemment, le gène d'acétylcholinestérase impliqué dans ces résistances a été identifié et nommé ace-1. Les chercheurs ont analysé sur ce gène la nature des mutations responsables de la résistance chez Culex pipiens originaire de 10 pays d'Amérique, d'Europe et d'Afrique, et chez Anopheles gambiae de Côte d'Ivoire.

Les résultats ont indiqué qu'une même mutation était présente dans le gène ace-1 des différentes espèces de moustique. Cette mutation ponctuelle (correspondant au remplacement d'une base par une autre dans la chaîne ADN), conduit à la production d'une protéine dans laquelle un acide aminé est remplacé par un autre (substitution de l'acide aminé glycine par une sérine : mutation G119S).

Des tests in vitro, réalisés sur des cellules en culture, ont confirmé que cette mutation était bien responsable de la résistance aux pesticides employés (insensibilité au carbamate propoxur).

L'analyse approfondie du gène ace-1 a permis de voir que la mutation G119S s'était produite au moins à deux reprises différentes dans l'espèce Culex pipiens. De plus, cette mutation ayant été retrouvée parmi la majorité des populations de moustiques couvrant le globe, il semble probable que les chercheurs tiennent là une clé essentielle de l'origine des résistances des moustiques aux pesticides (voire d'autres résistances de la part d'insectes différents comme les pucerons).

Les travaux sont fondamentaux pour la mise au point de nouvelles stratégies de lutte contre ces insectes, comme par exemple la fabrication de nouveaux insecticides capables d'inhiber spécifiquement l'acétylcholinestérase mutée.

A ce propos, l'équipe de Mylène Weill a déposé un brevet concernant l'AchE mutée en cause ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2003-05-08 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: Resistance moustiques insecticides mutation especes


Publicité

En savoir plus