Publicité
Accueil > Dictionnaires > > Précis d'anatomie 11e édition > BRANCHES COLLATÉRALES
Mon Compte




Publicité

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Librairie


Application

Dernière Parution


Partenaires
Publicité
Précis d'anatomie

Publicité

BRANCHES COLLATÉRALES

Il y en a dix.

Certaines restent en dehors du creux de l’aisselle, nous les nommerons cependant ici.

La classification des branches collatérales est assez artificielle. Ordinairement, on les distingue en branches nées au-dessus, au niveau, ou au-dessous de la clavicule.

A. Les branches nées au-dessus de la clavicule sont au nombre de cinq :

1. nerf de l’élévateur de la scapula et du rhomboïde ;

2. nerf supra-scapulaire : on le voit au sommet de la fosse axillaire pénétrer par l’incisure coracoïdienne, il passe ainsi à la face postérieure de la scapula, innerve le supra-épineux, contourne l’épine et va innerver l’infra-épineux ;

3. nerf supérieur du sub-scapulaire ;

4. nerf du dentelé antérieur : né très haut, de la face postérieure des deux racines constituantes du tronc supérieur, il descend verticalement derrière le plexus, puis se place en dedans de lui à son entrée dans l’aisselle, et longe la paroi médiale de l’aisselle, dans la gaine du dentelé antérieur qu’il accompagne jusqu’en bas, donnant un filet à chacune de ses
digitations, il longe l’artère thoracique latérale ;

5. nerf du sub-clavier.

Ces cinq nerfs viennent du tronc supérieur ou de ses racines.

B. Les branches nées au niveau de la clavicule sont destinées à la paroi antérieure de l’aisselle et sont au nombre de deux :
6. nerf pectoral latéral : venu du tronc latéral, il descend oblique en bas et en dedans, croisant la face antérieure de l’artère axillaire, et se divise en deux branches, l’une pour le grand pectoral, qui traverse donc le fascia clavi-pectoro-axillaire, l’autre anastomotique avec le nerf du petit pectoral ;

7. nerf pectoral médial : venu du tronc secondaire médial, il passe entre artère et veine axillaires et, comme le précédent, se divise en un rameau pour le petit pectoral et un rameau anastomotique. Ainsi est formée l’anse des pectoraux, qui passe en général au-dessous de l’artère thoracoacromiale, et d’où repartent encore des filets pour les deux muscles pectoraux.

C. Les branches nées au-dessous de la clavicule, au nombre de trois, sont destinées à la paroi postérieure de l’aisselle et viennent du tronc postérieur ou d’une de ses branches terminales.

8. nerf inférieur du sub-scapulaire ;

9. nerf du grand rond ;

10. nerf du grand dorsal.

Ces deux derniers nerfs cheminent parallèlement, obliques en bas et en dedans, semblant marquer la bissectrice de l’angle que fait le bras avec la paroi thoracique. Chemin faisant, ils se joignent à l’artère sub-scapulaire et à sa chaîne de noeuds lymphatiques, le nerf du grand dorsal étant plutôt en dedans, celui du grand rond plutôt en dehors. Or l’intimité des apports de ces deux nerfs avec le groupe lymphatique scapulaire est très importante à connaître, car il faut les ménager, surtout le nerf du grand dorsal, lors du curage de l’aisselle.

Telle est la disposition, en vérité complexe, des éléments vasculo-nerveux du membre supérieur dans le creux de l’aisselle. Cette complexité s’explique, puisque tout est réuni en ce point. Plus bas les rapports se simplifieront.


VOIE D’ABORD

Il nous reste à signaler en deux mots comment on peut atteindre l’artère axillaire :

a) Ou bien on la cherche sous la clavicule, il faut alors inciser le grand pectoral, traverser le fascia clavi-pectoro-axillaire en passant par la gaine du sub-clavier pour éviter l’artère thoracoacromiale et la veine céphalique ; on cherche l’artère au niveau du milieu de la clavicule et on l’y trouve sous le nerf pectoral latéral.

b) Ou bien on passe par la base de l’aisselle, en reconnaissant le bord inférieur du grand pectoral, puis le coraco-brachial, et l’on trouve l’artère entre le médian en dehors, l’ulnaire en dedans. En cas d’interuption, les anastomoses de l’artère assurent généralement une perfusion correcte du membre (fig. 92).

Il y a bien des anastomoses des branches thoraciques avec la thoracique interne (venue de la sub-clavière) ou les intercostales. Mais en pratique on compte sur le cercle des scapulaires, c’est-à-dire les anastomoses de l’artère sub-scapulaire, dans l’aire de la fosse infraépineuse avec l’artère supra-scapulaire et l’artère scapulaire dorsale, toutes deux venues de la sub-clavière.

© Grégoire & Oberlin - Précis d’anatomie - 11e édition - Editions EMInter
Source:


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...